Les applications de mobilité s'unissent pour disrupter le transport médical

Par 10 août 2016
Les applications de mobilité s'unissent pour disrupter le transport médical

À San Francisco, la collaboration entre les solutions innovantes en matière de mobilité impacte le domaine médical.

La start-up SPLT qui propose une application de co-voiturage entre employés, s’est récemment associée avec Lyft, concurrent d’Uber aux États-Unis, pour lancer une solution innovante de transport à la demande dans le secteur médical.

Dans l’état du Michigan - où SPLT a déménagé son siège, chaque année, 3,6 millions d’Américains manquent ou repoussent leurs rendez-vous médicaux en raison d’une accessibilité limitée aux moyens de transport. Par ailleurs, les patients sont contraints de réserver un véhicule de type VSL (véhicule sanitaire léger) 4 jours à l’avance en moyenne. Et une fois leur consultation passée, ils doivent attendre plusieurs heures avant que le chauffeur ne revienne les chercher.

Le service développé par SLPT et Lyft, testé dès l’automne prochain, ne requiert pas de posséder un smartphone. Une réservation peut être effectuée par le biais d’un site internet, d’un texto ou encore d’un coup de téléphone. Leur offre cible en premier lieu les seniors, dont plus d’un quart ne serait pas équipé de smartphones.

En permettant de planifier un chauffeur de VSL en quelques heures et réduisant le temps d’attente post rendez-vous à quelques minutes, SPLT et Lyft risquent bel et bien de transformer l’expérience des utilisateurs de véhicules médicaux. Au delà d’améliorer l’accès aux soins, la solution pourrait permettre aux entreprises de transport de disposer de logiciels d’automatisation de remboursements des frais médicaux et d’optimiser la répartition des chauffeurs sur le terrain.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas