Les applications remettent l'individu au centre

Par 10 octobre 2011
phonesmile

Les ordiphones permettent à son utilisateur d'être mieux connecté mais surtout d'agir et d'influencer les données qu'il reçoit. Une centralisation considérée désormais comme indispensable.

Sur smartphones, les applications doivent désormais être personnalisées pour être plébiscitées, note Sogeti dans une étude. Cela parce que les utilisateurs cherchent de plus en plus à interagir avec l'information et à contrôler les données liées à leur vie privée par ce biais. "Alors que les autres médias (télévision, presse, radio) avaient toujours eu une certaine distance dans la relation avec l'utilisateur, l'arrivée du marché des applications sur supports portables représente un tournant : l'individu est au centre de tout", déclare Erik Van Ommeren, directeur de l'Institut de Recherche sur les Nouvelles Technologies chez Sogeti. Ce changement est explicable par l'impact grandissant des smartphones et autres tablettes sur la vie quotidienne des utilisateurs.

Une dépendance croissante aux mobiles

57 % des possesseurs d'iPad l'amènent au lit avec eux et 44 % le consultent régulièrement lorsqu'ils rendent visite à de la famille ou des amis (pour les utilisateurs d'ordiphones, ce taux monte à 58%). Et Sogeti de citer une autre étude, baptisée "Le monde déconnecté"*, et qui a mis au défi 1 000 étudiants à travers le monde de couper leurs terminaux mobiles pendant 24h. Bien peu ont tenu, déclarant que cette technologie était devenue indispensable à la construction et à l'organisation de leur vie quotidienne, avec des applications dédiées à chaque contexte : "les smartphones sont, à la fois le couteau suisse et la ceinture de sécurité de cette génération. Si cette attitude est encore jugée marginale à l'heure actuelle, dans 10 ans, ce sera la norme", continue Erik Van Ommeren. Et cette tendance ne fera que s'accentuer chez l'ensemble de la population avec les années.

Un univers professionnel à remodeler

Le rapport prévoit ainsi un véritable choc culturel auquel les entreprises ne sont pas encore suffisamment préparées car elles n'ont pas assez évolué dans leur fonctionnement et leurs produits par rapport à leurs consommateurs et à leurs employés. "D'un point de vue technologique, il faut bien se rendre compte que les applications ne sont qu'un début", juge Erik Van Ommeren. "Dans cette ère post-PC, il sera commun d'acheter et d'utiliser ses propres logiciels et applications dans la vie ou sur son lieu de travail. Les utilisateurs auront plus de moyens de contrôler les informations qu'ils reçoivent et envoient." Les consommateurs attendent donc un monde plus ouvert avec des produits mieux adaptés de la part des compagnies, et qui garantissent en même temps le respect de leur vie privée.

*et proposée par l'International Center for Media and the Public Affairs (ICMPA) et la Salzburg Academy on Media and Global Change.

 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas