Quand les applications se mettent au service des déficients visuels

Par 26 janvier 2015 1 commentaire
BeMyEyes

La dernière des applications à destination des personnes visuellement déficientes se nomme Be My Eyes. Elle permet de connecter malvoyants et volontaires à travers la caméra du smartphone.

Les initiatives déployées pour aider les malvoyants aujourd’hui sont nombreuses et se matérialisent souvent à travers des applications pour smartphones accessibles au grand public. Citons par exemple VizWiz, une application créée en 2011 pour aider les malvoyants à recevoir une réponse rapide de leur réseau concernant l’environnement dans lequel ils se trouvent grâce à la reconnaissance d’images ; ou encore TapTapSee, lancée en 2013, qui permet de scanner et photographier des objets afin de les identifier vocalement à la personne malvoyante. D’autres projets, menés par des établissements de recherche scientifique, tels que le MIT Media Lab de Cambridge, ou l’Institut de Technologie de Karlsruhe utilisent également la reconnaissance visuelle pour évaluer l’environnement autour de la personne déficiente et la guider dans son avancée.

Prêter ses yeux par écran interposé

Alors que l’OMS comptabilise près de 250 millions de malvoyants et 40 millions de personnes aveugles dans le monde, les avancées technologiques favorisent le développement de nouveaux supports d’accompagnement. Lancée il y a une semaine, l’application Be My Eyes permet de "prêter ses yeux aux personnes aveugles". Cette fois-ci, la reconnaissance visuelle ne s’effectue pas par une machine mais plutôt par ses pairs. En effet, le principe est de mettre en relation à travers la caméra de leur smartphone des personnes voyantes avec des non-voyantes lorsque ces dernières ont besoin d’aide, par exemple pour lire la date de péremption d’un produit alimentaire ou connaître le prix d’un objet en magasin, etc. Pour ce faire, les utilisateurs malvoyants doivent simplement taper deux fois sur leur écran, ce qui permet d’envoyer une notification aux utilisateurs volontaires. Le volontaire disponible recevra une notification et choisira d’aider l’utilisateur s’il est disponible.

Un projet à but non lucratif

À l’origine de ce projet, Hans Jørgen Wiberg, lui-même déficient visuel, accompagné de Thelle Kristensen, ont débuté leur projet lors d’un événement Startup Weekend à Copenhague, d’où ils sont originaires. Avec l’aide du studio de conception de logiciels Robocat, ils ont développé Be My Eyes laquelle a reçu un accueil positif depuis son lancement. Près de 85.000 volontaires se sont déjà inscrits pour apporter leur aide à environ 6.300 personnes malvoyantes. L’application est totalement gratuite afin de rester en accord avec le projet initial de non-profit et les développeurs ayant travaillé dessus l’ont fait de manière volontaire explique Thelle Kristensen.

 

 

Haut de page

1 Commentaire

Super article! Je partage!

Soumis par Entreprendre Facile (non vérifié) - le 26 janvier 2015 à 10h04

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas