Après les mobiles, la Corée du Nord interdit les lignes téléphoniques vers l'étranger

Par 13 juin 2005

Il y a un an, le pouvoir nord-coréen officialisait l'interdiction du téléphone portable. Motif ? Le régime aurait pris conscience des dangers potentiels de la téléphonie mobile, qui ouvre une...

Il y a un an, le pouvoir nord-coréen officialisait l'interdiction du téléphone portable. Motif ? Le régime aurait pris conscience des dangers potentiels de la téléphonie mobile, qui ouvre une fenêtre sur le monde occidental, représente des cultures étrangères, et pourrait corrompre ses citoyens. Un pas en arrière pour la Corée du Nord, où le téléphone portable jouissait depuis son entrée sur le marché en novembre 2002 d'une certaine liberté.

Une fois de plus, la Corée du Nord montre qu'elle n'est pas le dernier régime stalinien au monde pour rien : la presse sud-coréenne a observé que le gouvernement de Pyongyang avait fermé environ 90 % de ses lignes téléphoniques vers l'étranger depuis le mois d'avril dernier. Cette mesure se serait vraisemblablement accompagnée de la confiscation des téléphones portables encore en circulation.

Le quotidien sud-coréen JoongAng indique qu'environ 20 000 téléphones mobiles environ ont récemment été saisis. Le pays est déjà fermé à l'Internet. Il ne dispose que de plusieurs Intranet, qui semblent condamnés à une fermeture certaine. Celui mis en place pour les instituts d'enseignement supérieur du pays vient par exemple d'expirer...

Seuls certains services conservent encore une liaison téléphonique avec l'étranger. Le ministre des affaires étrangères en a deux, l'armée deux également et le ministère du commerce en a une. Le triste minimum...

(Atelier groupe BNP Paribas - 13/06/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas