Après le téléphone main libre, le web main sur le volant

Par 18 novembre 2008
Mots-clés : Smart city, Europe

L'américain ATX propose aux constructeurs automobiles de laisser les conducteurs piloter le web à la voix tout en conduisant.

Alors que certains se posent la question d'interdire le téléphone main libre dans les voitures lors de la conduite, l'équipementier texan veut faire émerger le conducteur internaute. Spécialisé dans la télématique, ATX commercialisera auprès de ses clients - Ford, Peugeot, BMW, etc. - Browse By Voice. Il n'est heureusement pas encore question de consulter ses mails ou de lire des journaux en ligne. Le service autorisera dans un premier temps la consultation d'un moteur de recherche par la voix.
Accents pris en compte
Actuellement en prototype, il fonctionne en langage naturel. Dans la page choisie par le constructeur, le conducteur n'a plus qu'à indiquer sa recherche. Selon ATX, Browse By Voice est capable de prendre en compte les spécificités de prononciation de l'utilisateur. En outre, il est à même d'appréhender les termes spécifiques utilisés dans le cadre de la conduite dans un véhicule. L'équipementier ne compte pas en rester à ces fonctions. Il cherche également à étendre sa technologie de commande en langage naturel à des taches comme la composition de message texte, à la composition et l'envoi de courriels.
Un pas vers le web dès l'an2000
Et enfin, rien de moins que la gestion des réseaux sociaux. L'évolution de la télématique vers Internet n'est pas nouvelle. En 2000, ATX avait lancé un système d'assistance à distance basé sur le web avec Mercedes-Benz. En dehors de son aspect pratique, cette innovation pourrait ouvrir la voix à une nouvelle bataille entre spécialistes de l'Internet. La navigation étant tout de même délicate, être retenu par un constructeur comme moteur de recherche standard pourrait s'avérer lucratif. Un nouveau terrain d'affrontement pour Google, Yahoo, Microsoft, Exalead, ou encore PagesJaunes ?

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas