Arrivée des téléphones baladeurs en Europe, un vrai changement ?

Par 16 septembre 2005
Mots-clés : Future of Retail

L'arrivée des téléphones baladeurs va-t-elle freiner la croissance des baladeurs ? Pas si sûr ! Le marché des baladeurs numériques a le vent en poupe, et cette tendance ne devrait pas s'inverser...

L'arrivée des téléphones baladeurs va-t-elle freiner la croissance des baladeurs ? Pas si sûr ! Le marché des baladeurs numériques a le vent en poupe, et cette tendance ne devrait pas s'inverser tout de suite. En tout cas, pas avant la fin de l'année selon le cabinet de recherche Canalys, en dépit de l'arrivée de nombreux appareils associant ces fonctionnalités à celles d'un téléphone. Il s'est vendu au premier semestre 2005 25,6 millions de baladeurs, presque autant qu'en 2004 (28,3 millions) et les six derniers mois de l'année s'annoncent plutôt bons pour le secteur.

Le ROKR de Motorola ne détrônera donc pas l'iPod, leader incontesté des baladeurs numériques. Rachel Lashford, analyste chez Canalys, estime qu'un téléphone ne répond pas aux attentes d'un vrai consommateur de musique. Certes, les appareils tout en un offrent un encombrement minimum, mais pour elle, les vrais amateurs de musique ne sacrifieront jamais le design et l'ergonomie que leur procurent leurs baladeurs à la légèreté.

Quant à la connexion aux plateformes de téléchargement... "Un gros consommateur ne paiera pas plus cher pour télécharger de la musique sur son téléphone alors qu'il existe des alternatives plus économiques qui proposent une navigation, une interface et une gestion des fichiers bien plus sophistiquée", ajoute Rachel Lashford. Autrement dit, les amateurs de téléphones baladeurs passeront probablement plus par leur ordinateur et Internet que par les services directs pour se procurer de la musique.

De plus, la confusion entre les différentes normes de téléphonie : 2G, 3G, Edge et bientôt HSDPA ou - pourquoi pas - Wimax, n'arrange rien. D'autant plus que les opérateurs ne jouent pas la transparence. Au final, le consommateur est incapable d'avoir une vision globale des offres disponibles : il est attiré par tel ou tel service mis en avant, mais n'évalue jamais vraiment le potentiel global de la technologie à laquelle il souscrit.

Le marché a mis un certain temps à comprendre quels étaient les atouts de la téléphonie de troisième génération par rapport à la 2G. Les consommateurs se lancent petit à petit l'aventure, poussés par les campagnes de publicité " offensives " des opérateurs. A peine osent-ils aborder la 3G que la norme suivante, baptisée HSPDA pour High-Speed Dowlink Packet Access , prépare son arrivée , avec dans son giron une foule de nouveaux services !

L'association des grands noms du téléphone à ceux de la musique : Motorola et iTunes pour le ROKR ou Sony Ericsson et son W800 Walkman , ajoute à la confusion ambiante. Sans parler de l'arrivée de la TV sur mobiles...

Devant ce maelström de nouveautés, le baladeur numérique parait bien sage. Certes, il faut tenir compte des nouveaux modèles, des phénomènes de mode et de nouvelles fonctionnalités comme la visualisation de photos, mais le principe reste tout de même intangible : on écoute de la musique.

Alexandre Laurent, pour l'Atelier

(Atelier groupe BNP Paribas- 16/09/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas