En Asie, la data tirera la croissance du marché mobile

Par 28 juillet 2010

La généralisation de l'accès au web depuis son téléphone facilitera la multiplication de services de données. Services qui deviendront le principal vecteur de croissance devant la voix et les messages.

En Asie du Sud-Est, la croissance du marché mobile sera soutenue par la data au fur et à mesure que le taux de connexion au web depuis ce même support augmente, rappelle Frost & Sullivan. Et que les revenus issus des services voix ralentissent. "L'an passé, les fonds issus des services de données ont augmenté de 60 % dans la région pour atteindre plus de sept milliards de dollars", explique Nicholas Khoo, l'un des consultants. Ils devraient dépasser les 12 milliards en 2015. Mais l'ensemble des revenus, voix et data compris, n'a augmenté que de 3 %, pour atteindre près de 30 milliards de dollars. "Les services de messages texte et de voix sont de moins en moins les principaux pourvoyeurs de croissance du marché, même dans des régions en développement comme le Cambodge et le Vietnam", ajoute le spécialiste.
Un marché segmenté
Dans le détail, le nombre de personnes accédant à Internet depuis leur téléphone a augmenté de plus de 20 % en 2009, pour frôler les 500 millions d'abonnés. Selon le cabinet, il est nécessaire d'identifier trois segments de services de data distincts : ceux issus du web mobile et qui permettent d'accéder à des services basiques. Ceux du web dit mobilisé - mobilised Internet - et qui correspond aux services depuis lesquels on peut accéder depuis un smartphone. Et enfin le haut-débit mobile, qui utilise la notion de mobilité et de permanence dans les services proposés. "La dernière branche représente clairement le plus grand levier de croissance pour les opérateurs et des opportunités de revenus", précise Nicholas Khoo.
Singapour, Vietnam et Malaisie en haut du panier
Cela principalement à Singapour, au Vietnam et en Malaisie, pays les plus avancés et qui affichent des taux de pénétration mobile de respectivement 137, 127 et 108 %. "Sur ces marchés, la compétition se jouera au niveau de la capacité des marques à cerner les habitudes des abonnés, et à proposer des services personnalisés". Dans des pays comme les Philippines, l'Indonésie et la Thaïlande, où le haut-débit - même fixe - est encore bas, ce sont des services plus classiques qui ont de fortes chances de connaître une importante croissance. "Dans les régions en développement, le téléphone portable deviendra le terminal d'accès principal au haut-débit", conclut Nicholas Khoo.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas