Ask.com : lancement de la version de test en France

Par 02 mars 2006 2 commentaires
Mots-clés : Smart city, Europe

En matière de recherche en ligne, Ask.com s'est fixé des objectifs ambitieux. En France, il envisage tout simplement de se hisser à la deuxième place, juste derrière le leader, Google. Pour ce...

En matière de recherche en ligne, Ask.com s'est fixé des objectifs ambitieux. En France, il envisage tout simplement de se hisser à la deuxième place, juste derrière le leader, Google. Pour ce faire : lancement commercial prochain d'un moteur annoncé comme plus efficace, doublé d'un certain nombre d'outils. Le tout s'accompagnera d'une intense campagne de communication. Ces efforts seront-ils suffisants pour que les internautes changent leurs habitudes ?
 
Pour tenter d'apporter des éléments de réponse, l'Atelier a entrepris de tester de fond en comble la version bêta française d'Ask.com, dévoilée le 28 février dernier. Peut-on vraiment parler de moteur de recherche "Web 2.0", comme le fait son représentant en France ?

Pour le moment, l'indexation du Web francophone est loin d'être parfaite, et cette bêta ne propose pas encore l'ensemble des fonctionnalités dont dispose sa grande sœur anglophone. Néanmoins, les possibilités sont nombreuses et... pour certaines, vraiment intéressantes !
 
1)      Le cœur de métier : la recherche
2)      Apparence et ergonomie
3)      Au-delà de la recherche : enregistrement, partage, blog, RSS...
 
1) La recherche : l'objectif numéro un d'Ask.com reste la recherche d'informations en ligne, qui sera à terme accompagnée des inévitables liens sponsorisés, indispensables pour faire du chiffre. Pour le moment, ce n'est pas la priorité, souligne Ludovic Lecomte, ex-directeur du contenu chez e-TF1 et directeur général d'Ask.com France, qui indique préférer nouer des partenariats avec d'autres sites.
 

A l'heure actuelle, Ask.com indique un catalogue de 2,8 milliards de pages Web, contre 16 milliards chez des concurrents comme Google ou Yahoo!. Mais l'ex-"Ask Jeeves" refuse la course à l'indexation, même s'il indique poursuivre son exploration du Web. Grâce à un algorithme maison, capable de définir l'importance des liens en fonction de la proximité thématique des pages qui les hébergent, Ask.com prétend pouvoir faire mieux que ses concurrents. Difficile d'en juger pour le moment.
 
Ask.com propose également la recherche d'images, ou la recherche parmi les blogs, via Bloglines, qui lui appartient.
 
2) Apparence et ergonomie : la présentation des résultats d'une recherche n'est pas sans rappeler celle d'un autre moteur de recherche, bien connu des internautes français. L'interface est claire, voire dépouillée et présente dix résultats par page. Il ne manque que les liens sponsorisés pour qu'on ait l'impression de se trouver sur Google.
 
Quoique... On observe, à côté de certains des résultats, une petite image représentant une paire de jumelles. Au survol de cette image, une petite fenêtre de prévisualisation du site cible apparaît.
 

Le moteur Exalead propose également une fonctionnalité de ce type...(cliquez pour agrandir)
Lorsqu'on se focalise sur la recherche, rien ne sert de proposer des interfaces alambiquées : simplicité et efficacité sont les mots d'ordre qui ont permis en son temps à Google de supplanter ses concurrents. Sur ce point, Ask.com semble bien parti, d'autant que les pages de recherche recèlent d'autres subtilités.
 
Sur la version américaine du moteur, un champ de suggestion de mots clé occupe la place consacrée chez Google aux liens sponsorisés. Cette fonctionnalité d'aide à la recherche devrait bientôt être intégrée à la version française.
 
3) Au-delà de la recherche : après création d'un compte (validation par email), Ask.com propose à l'internaute un espace "Mon Ask", dans lequel ce dernier dispose d'un historique de ses recherches ainsi que de la possibilité d'enregistrer, publier et partager liens et images.
 
A côté de chaque résultat de recherche, lien hypertexte ou image, se trouve un lien "enregistrer", qui permet de placer l'item sélectionné dans l'espace "Mon Ask".

Il est ensuite possible d'effectuer des recherches à l'intérieur de l'espace personnalisé, d'organiser les liens et les images par répertoires imbriqués et surtout, de rendre publiques certaines parties de ce dernier. Pour l'exemple, nous avons créé un répertoire nommé "Actu", dans lequel nous avons placé quelques sites. Nous avons "partagé" ce répertoire, qui dispose de sa propre adresse Web.
 
La description des items qui composent cette page peut être éditée, de façon à se constituer une sorte de "blog" ou de page personnelle, sur laquelle l'on peut par exemple commenter ses recherches ou les sites rencontrés. Cette page, accessible à tous, est dotée de son propre flux RSS. Surfant sur le succès de services comme Flickr ou Del.icio.us (tout deux récemment rachetés par Yahoo!), Ask.com propose également de "tagger" ses pages : définir des mots clé permettant de qualifier l'information.

Il s'agit plus d'une page personnelle que d'un véritable blog...(cliquez pour agrandir)
La version américaine du moteur va plus loin, en proposant par exemple météo, recherches d'itinéraire, actualités, encyclopédie (Wikipédia), comparateur de prix, vidéo, bourse, annuaire... Si toutes ces fonctionnalités rejoignent la version française d'ici le véritable lancement commercial, Ask.com disposera d'un certain nombre d'atouts pour prétendre devenir le point d'entrée des internautes sur le Web. Il ne lui restera plus qu'à les convertir, par son efficacité ou... celle de sa communication !
 
Alexandre Laurent, pour l'Atelier
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 02/03/2006)

Haut de page

2 Commentaires

MONASK NE FONCTIONNE PLUS

Soumis par peyret (non vérifié) - le 07 février 2010 à 10h15

annuaire cool et sympa

Soumis par lardy (non vérifié) - le 10 avril 2010 à 09h35

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas