"Dans les assurances, le comparateur est devenu un outil astucieux pour mieux choisir"

Par 28 mars 2011 1 commentaire
Mots-clés : Smart city, Europe
le mot insurance avec yes ou no et un stylo puis une calculatrice

Les outils de comparaison permettent de créer du lien avec les clients et les prospects pour les compagnies d'assurance. Mais aussi pour l'entreprise d'exister avant tout en tant que marque.

Interview avec Martin Coriat, directeur de LeLynx.fr, comparateur d’assurances en ligne.

L'Atelier : Pourquoi les assureurs acceptent-ils de jouer le jeu de la comparaison ?

Martin Coriat: Le milieu de l’assurance en France et en Europe est très concurrentiel. Le comparateur permet de créer un lien avec le client. Il s’agit en effet pour les compagnies de proposer leur marque associée à leurs produits. De plus en plus d’assureurs sont convaincus de l’utilité des comparateurs car c’est une demande forte des clients. Aujourd’hui, il est devenu naturel, notamment pour les internautes de moins de 40 ans, de comparer. Il peut s’agir du prix de ses billets d’avions, de son hôtel mais également de son assureur. Le comparateur est devenu un outil astucieux pour mieux choisir.

Qu’est-ce qui fait donc la force des comparateurs ?

Tout d’abord l’augmentation des prix dans le secteur : par exemple cette année, le prix des assurances auto, vont augmenter de 5 à 10 % en France. Le consommateur veut donc trouver le meilleur prix associé à un service et à une couverture optimale. Pour autant, il faut souligner qu’au delà du prix, la notoriété joue un rôle important dans l’acte d’achat du consommateur. En France, il privilégie toujours le fait que sa future compagnie ait des points de vente physiques et des conseillers à son écoute. De plus, les comparateurs ont progressivement éduqué le marché des assurés à ce nouveau mode de consommation, notamment en mettant en place des campagnes de communication dans les grands médias nationaux.

La France est-elle en retard par rapport à ses voisins en terme de comparateur d’assurance ?

Si l’on compare avec la Grande-Bretagne il est clair que les niveaux sont assez différents. Pour les Britanniques, le produit d’assurance est un produit de grande consommation, ce n’est encore pas le cas en France ainsi que chez nos voisins allemands, italiens et espagnols par exemple. Pour gagner des parts de marché nous devons nous même apparaître comme de véritables marques dans lesquelles les consommateurs, mais également les assureurs ont confiance. Cela passera notamment par des campagnes de publicité.

Haut de page

1 Commentaire

Je ne suis pas certain que l'assurance devienne aux yeux des consommateurs français un produit de grande consommation comme sur le marché UK. La dimension de conseil est très forte en France et déterminante dans le process d'achat des assurés. Cela s'explique particulièrement en France par la présence historique de réseaux d'Agents généraux implantés sur tous le territoire qui ont toujours privilégié la qualité de la relation client.
Je pense au contraire qu'un comparateur répond, en France, à un marché de niche, celui du low cost, à faible valeur ajoutée pour le secteur de l'assurance et de surcroit pour l'assuré. L'avenir reste encore axé sur le conseil dans le choix d'une bonne couverture d'assurance... Surtout dans un contexte de désengagement des régimes sociaux obligatoires.

Nicolas Mortel

Soumis par Mortel (non vérifié) - le 29 mars 2011 à 08h40

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas