Les assureurs ne doivent pas se limiter au smartphone

Par 30 novembre 2010
une main sur une tablette tactile

La pluralité des appareils mobiles - des simples téléphones portables aux tablettes tactiles - doit être intégrée à la définition des stratégies business des compagnies d'assurance qui souhaitent se lancer sur le support.

De plus en plus d’assureurs s’apprêtent à cibler le mobile dans les années à venir pour proposer des services personnalisés à leurs clients, affirme Celent dans l’étude "E-Business Strategies for a new mobile world". Qui conseille du coup aux professionnels de tirer profit de la pluralité des appareils sur le marché et de ne pas se focaliser sur les seuls smartphones. "Pour le moment, les assureurs ont surtout investi dans les applications pour ordiphone, qui offrent un contenu riche, et des options de géolocalisation", expliquent les analystes. "En revanche, les solutions fondées sur des mobiles plus classiques sont la plupart du temps délaissées", déplorent-ils.

Prendre en compte le spectre d’appareils mobiles

L’un des enjeux majeurs pour se démarquer dans le secteur des assurances consistera donc à utiliser toute la palette d’outils technologiques mobiles à leur disposition. Plutôt que d’opter pour des applications destinées aux smartphones, les assureurs peuvent dans certains cas tirer de meilleurs résultats en déployant des services sur des téléphones portables traditionnels. Les consultants prennent pour exemple une initiative ayant porté ses fruits au Kenya. Une collaboration entre plusieurs assureurs et l’opérateur mobile Safaricom a permis de développer dans le pays une solution de micro-assurance adaptée aux populations locales.

Ne pas délaisser le téléphone portable classique

"Contrairement au smartphone, le mobile est aujourd’hui largement adopté, et pas seulement dans les pays émergents", soulignent les auteurs du rapport. En prenant l’exemple du Japon, où Tokyo Marine et Nichido, en s’associant avec NTT Docomo, ont mis en place des offres d’assurance dans des domaines comme le sport ou les voyages. De l’autre côté de la palette d’outils, les tablettes offrent des interfaces riches, et une plus grande interactivité. Se fonder sur un modèle de cloud computing pourrait permettre de rendre accessibles ces contenus depuis différents appareils, concluent les auteurs du rapport. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas