AT&T teste Linux pour peut-être remplacer Windows

Par 06 octobre 2004

Chez AT&T, 70.000 ordinateurs tournent sous Windows. Autant dire que si l’opérateur se mettait à préférer le logiciel libre au système d’exploitation de Microsoft, le coup serait dur pour la...

Chez AT&T, 70.000 ordinateurs tournent sous Windows. Autant dire que si l’opérateur se mettait à préférer le logiciel libre au système d’exploitation de Microsoft, le coup serait dur pour la firme de Redmond : ce serait même sa plus grosse défaite face à Linux !

Pourtant, il est possible qu’en effet AT&T choisisse Linux, sur lequel des ingénieurs travaillent en interne et qui est testé par certains utilisateurs. L’opérateur a précisé qu’il prendrait sa décision d’ici la fin de l’année 2005.

A l’origine de ce bouleversement, deux raisons : la première concerne les défauts de sécurité de l’OS Windows. Au premier semestre 2004, la direction informatique a pu constater que le nombre de virus et de vers détectés avait été quatre fois plus élevé que ces dix dernières années cumulées.

L’autre argument de l’opérateur en faveur de Linux concerne les coûts de Windows. Choisir le libre se traduirait pour AT&T par des économies de 50 à 60 % sur ses logiciels. Ce n’est pas négligeable pour un groupe qui a enregistré 18 trimestres de baisse de son chiffre d’affaires. Même si Windows reste le système d’exploitation largement majoritaire (à 95 %), Microsoft commence à se préoccuper de cette avancée de Linux.

Ses inquiétudes sont fondées, comme le prouvent les résultats d’une étude conduite par Merrill Lynch : 45 % des directeurs informatiques aux Etats-Unis se disent de plus en plus intéressés par Linux ! Certains sont même sur le point de sauter le pas, à l’instar de l’équipementier Cisco Systems qui annonçait en juillet dernier qu’il offrirait vraisemblablement à ses 350.000 salariés l’alternative Linux.

(Atelier groupe BNP Paribas - 06/10/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas