En Australie, le cloud doit permettre aux commerçants d’enfin émerger sur la toile

Par 03 octobre 2013 1 commentaire
Australian retail

Si le web est de plus en plus perçu comme un vecteur d’opportunités par les commerçants, ces derniers tâtonnent encore dans la mise en place d’une stratégie web intégrée.

L’Australie est un pays massivement connecté. Selon une étude de Frost & Sullivan’s, plus de 2/3 des australiens ont investi un ou plusieurs réseau(x) social(aux) et 35% de ces derniers suivent au moins une marque ou une entreprise ce qui marque un degré certain d’interaction. En plus d’un moyen de communication, les médias sociaux  y sont également devenus un vecteur transactionnel. Plus généralement, les canaux de vente digitaux sont perçus comme une voie alternative pour les clients lorsque les magasins sont fermés. Ils devraient être également facteurs de renforcement de la relation client, d’évolution de l’achalandage ou de développement de la publicité des produits selon les dires des commerçants. Néanmoins, si la volonté d’intégrer le digital au centre de la stratégie est grande, la confusion règne quant aux moyens d’y parvenir.

Une disparité de logiciels qui perd les non-initiés

Plus de 80% des commerçants sont équipés de logiciels de gestion de stocks, de paiement, de gestion du personnel ou de gestion financière. Néanmoins, aucun de ceux-ci n’est coordonné  avec les interfaces web. Ainsi seulement 24% des détaillants australiens ayant une présence digitale possèdent un logiciel permettant d’intégrer les commandes en ligne. Les difficultés opérationnelles s’amoncellent alors. Les problèmes de stock ou d’unification des prix et des promotions par exemple viennent augmenter les coûts opérationnels. De plus, des failles de ce genre peuvent venir entamer la confiance du consommateur dans la fiabilité de son vendeur.

Le cloud comme solution économique

Dans un contexte dégradé, l’investissement financier dans des créations d’interfaces avec les systèmes existants, ainsi qu’en termes de temps du fait de la complexité à améliorer les systèmes d’entreprises freinent les commerçants dans leur intégration digitale. Le développement de suites logicielles basées sur le cloud computing offre des solutions « de bout en bout » assimilant l’ensemble des fonctionnalités telles la gestion des stocks ou le marketing personnalisé inter-canaux. Ces solutions économes par rapport à une implémentation de système doivent permettre de faire entrer les commerçants dans une nouvelle ère grâce à une vision à 360° de leurs clients. Opter pour un modèle intégré devrait en effet permettre de comprendre mieux son client à travers son comportement sur l’ensemble des canaux. Répondre aux attentes on et offline sera en effet le cheval de bataille des prochaines années.
 

Haut de page

1 Commentaire

Pourquoi ce tâtonnement ? Il y a les prestataires qui conçoivent les interfaces ? Question de coûts ?

Soumis par Dortu (non vérifié) - le 04 octobre 2013 à 12h03

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas