Australie : les investisseurs s'associent dans les nuages

Par 26 mai 2010
Mots-clés : Smart city

Le service web ''Angelsoft'' rassemble les professionnels australiens qui souhaitent investir dans les jeunes pousses innovantes. Il intègre des outils de co-investissement et de suivi de projet.

Pour encourager la collaboration, suivre les projets en cours et accéder à de nouvelles opportunités, l'Australian association of Angel investors (AAAI) - dont les membres investissent dans les jeunes pousses innovantes - met à la disposition de chacun d'entre eux Angelsoft. Cette plate-forme en ligne propose une suite d'outils logiciels pour les investisseurs et les entrepreneurs. "Ces outils facilitent la communication entre les investisseurs et les start-up qui sont encore au stade du développement, explique à L'Atelier Jordan Green, responsable de l'association. "Mais cela permet surtout aux investisseurs de communiquer entre eux, et de s'associer éventuellement autour d'un même projet".
Une solution SaaS de gestion de projets
"L'entrepreneur paye une souscription modeste qui le fait apparaître dans la liste pour une durée de trois mois", précise le responsable. Sur le site, chacun des acteurs possède son propre profil, et dispose d'outils comme une messagerie instantanée. D'autres fonctions organisationnelles et de management viennent s'ajouter à ces services. "Angelsoft est finalement une solution à la demande de gestion de projets - qui conserve les informations dans les nuages et autorise l'accès aux seuls utilisateurs via un navigateur", poursuit-il. Informations qu'ils peuvent parcourir et partager, via des tableaux d'affichage dédiés.
Les rencontres de personne à personne fondamentales
L'avantage est qu'il est possible de centraliser sur cette plate-forme les projets d'investissement en cours, de façon sécurisée. L'investisseur, en souscrivant à ce service payant, se crée en fait un compte personnel. Point important : "Angelsoft n'est pas un service de mises en relation en ligne qui vise à remplacer les réunions physiques", souligne Jordan Green. "Au contraire, l'idée est de faciliter le processus de rencontre entre les investisseurs, et entre les investisseurs et les entrepreneurs", ajoute-t-il. Et de conclure : "Pour ce type d'investissement précoces (early stage investments), rencontrer les entrepreneurs personnellement est un impératif fondamental".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas