Australie : le marché du e-commerce encore à la traîne

Par 21 juillet 2010

Les consommateurs australiens peinent encore à s'intéresser au web pour réaliser leurs achats. En cause : un manque de présence des grandes chaînes de magasin en ligne, et des craintes liées à la sécurité.

Le marché du e-commerce australien accuse environ trois années de retard dans son développement face à des pays comme les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne, note Frost & Sullivan. Dans un rapport, les consultants indiquent ainsi que les achats réalisés par les particuliers sur la Toile ne devraient représenter en 2010 que 5 % du total des ventes de produits de consommation - électronique, informatique, livres… - à l'échelle nationale. Et une partie des biens achetés sur Internet le sont sur des sites étrangers, poursuit le cabinet. Si le nombre de e-commerçants locaux a augmenté de manière significative au cours des cinq dernières années, "aucune augmentation correspondante ne s'est fait ressentir dans le volume des transactions", souligne le rapport. En cause ? Le manque de présence en ligne de la plupart des chaînes de vente au détail et des grands magasins du pays.
Le manque de sécurité et de visibilité des sites locaux freine les consommateurs
Les consultants suggèrent dès lors au marché australien de lancer sur le Net plusieurs chaînes de magasins au cours des prochains mois, pour renforcer l'image du e-commerce national et ainsi rassurer des internautes de plus en plus attentifs. Pour preuve : près de deux tiers des consommateurs en ligne utilisent un moteur de recherche avant de prendre une décision d'achat et plus de la moitié se rend sur des sites comparatifs. Autre point important : la sécurité. Une quarantaine des personnes interrogées a par exemple rappelé s'être fait voler sa carte au cours des douze derniers mois. Et avoir craint que des achats ne soient réalisés avec sur le web très facilement.
Une croissance modérée au cours des quatre prochaines années
Pour autant, la situation est loin d'être catastrophique : un cinquième des personnes interrogées prévoient de dépenser davantage en ligne au cours des douze prochains mois. Principale raison à cela : le prix pour près de 40 % d'entre elles, et le fait de pouvoir acheter de chez soi. En ce sens, Frost & Sullivan prévoit une croissance modérée au cours des quatre prochaines années en Australie. Ce qui devrait faire monter le total des dépenses des consommateurs de e-commerce de 12 milliards en 2010 à 17 milliards de dollars australiens en 2014 selon les spécialistes. Soit un taux de croissance annuel de 10%. A noter que les résultats de l'enquête s'appuient sur le comportement de mille consommateurs en ligne.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas