Les autorités chinoises limitent la diffusion de vidéos en ligne

Par 23 août 2006
Mots-clés : Smart city

Après les censures sur les blogs et sur la recherche de certains mots (démocratie, Tian an men...), c'est aux vidéos en ligne que s'attaquent les autorités chinoises. A partir de septembre...

Après les censures sur les blogs et sur la recherche de certains mots (démocratie, Tian an men...), c'est aux vidéos en ligne que s'attaquent les autorités chinoises.
 
A partir de septembre 2006, une autorisation de l'Administration d'Etat de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision, la SARFT, sera nécessaire avant toute mise en ligne sur les sites Internet chinois de vidéos. Une procédure de validation a-priori, donc, mais qui est totalement contraire à ce qui fait le succès foudroyant des plate-formes de mise en ligne immédiate, à l'instar de Youtube, premier site mondial en terme de trafic avec plus de 100 millions de vidéos regardées chaque jour! Selon le gouvernement chinois, cette mesure vise à lutter "contre toute atteinte à la moralité".
 
Pour Reporters sans frontières, un pas de plus a été franchi vers la limitation de la liberté d'expression. L'association craint en effet qu'il ne devienne difficile, voire impossible, de "diffuser, sur son site Internet, des reportages vidéos [...] qui s'écarteraient du point de vue officiel".
 
Des multinationales comme Google, qui a déjà passé des accords avec le portail China.com, mais aussi comme Yahoo et Microsoft, ne s'opposent pas au projet. Business is business?
 
(Atelier groupe BNP Paribas - 23/08/2006)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas