Aux Etats-Unis, les lobbys poussent la porte des écoles

Par 15 mars 2011
pompier_alerte_école

Les américains se servent de leurs études dans les nouvelles technologies pour vendre des solutions aux services publics. L'exemple ci-dessous avec les systèmes de télécommunication dans les institutions scolaires.

Les écoles américaines utilisent très souvent des téléphones de type voIP grâce à la technologie PBX (Google est votre ami). Ce maillage complexe ne permet malheureusement pas de géolocaliser avec précision les appels d’urgence au sein des établissements, ce qui entraîne une perte de temps dans la rapidité d’intervention. En effet, des données manquent comme par exemple le numéro d’une salle de classe. Un système existant et baptisée E911 inclut la possibilité d’appeler les secours et, quand un appel vers le 911 est émis des messages sont automatiquement envoyés aux personnel concerné via des pop-ups sur leurs écrans, des SMS et des emails. Récemment les améliorations technologiques en la matière permettent de disposer d’écrans de contrôle représentant les salles où les appels d’urgence ont été émis.


Il existe cependant un manque d’information important quant aux technologies de communication d’urgence chez les responsables des infrastructures technologiques dans le secteur de l’éducation. Une étude menée pour TEO, entreprise spécialisée du secteur dévoile que seuls 40% des répondants utilisent ce type de solution tandis qu’ils sont 45% à affirmer qu’elles pourraient apporter un bénéfice à leur institution.
Le grand paradoxe de l’histoire, c’est que les sondés sont 83% à identifier la sécurité comme une priorité dans leur école et …seulement 7% à vouloir implanter des systèmes de sécurité dans l’année qui suit.


Mais le plus intéressant est de comprendre les processus de lobbying technologique aux Etats-Unis puisque ici cette étude n’a qu’un et unique but à savoir d’effrayer mamans et papas qui viendront ensuite frapper à la porte des écoles pour réclamer le Nec plus ultra des systèmes de télécommunication. On attend de voir comment cela ce passera en France.
 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas