Aux Philippines, le marketing doit affiner sa stratégie sur mobile

Par 06 mars 2012
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique
Carte des Philippines

Le mobile se développe de plus en plus auprès des Philippins et il devrait devenir le premier appareil permettant d'accéder à internet. Toutefois, les investissements restent faibles en comparaison du potentiel.

Interview de Manny Fernando, Président de l'Internet and Mobile Marketing Association of the Philippines (IMMAP), qui en représente les acteurs et développe et partage des bonnes pratiques sur le marketing web et mobile. 

L'Atelier: Quels sont les usages des Philippins sur l'internet mobile ?

Manny Fernando:La population connectée sur mobile est très engagée dans les médias sociaux. On dénombre 29 millions d'utilisateurs actifs sur Facebook, 5 millions sur Twitter. Et on pourrait en dire de même pour YouTube. Mais la principale utilisation sont les services infotech (alerte, information on demand, news social media, etc.) qui représentent 75% du trafic. Viennent ensuite, pour 15%, les services premiums (vidéos, musique, etc.) suivis par les applications à hauteur de 10%. Le principal contenu recherché par la population qui utilise le web mobile est, de loin, la musique à 65%.

C'est ce sur quoi jouent les publicitaires et les équipes marketing ?

Pas forcément. L'usage du web mobile est très récent, notamment avec l'arrivée des smartphones et d'Android. Aujourd'hui, à peu près 20% de la publicité et du marketing seulement se fait via le web mobile et les applications. Les annonceurs ont parfois tendance à croire qu'un portail en ligne suffit pour améliorer l'expérience client. Or, le mobile a un bel avenir devant lui. La tendance actuelle continue à se développer et il faudra faire face à une part de la population qui accèdera pour la première fois à Internet, et ce sur mobile.

Néanmoins, aujourd'hui, la publicité digitale passe d'abord par le SMS ou l'e-mail sur internet en général. Avec le problème de vie privée que cela implique. Un usage trop important de cette pratique tend à en faire du spam et à nuire à la réputation des médias en ligne. C'est pourquoi des acteurs comme Telco créent des concours ou des financements auprès des développeurs pour développer des applications par exemple.

Quelles sont les limites au développement du web marketing ?

Ce média est récent et les publicitaires doivent encore comprendre quel type d'engagement du public il implique. D'ailleurs, il y a une mauvaise connaissance des outils de mesure de l'efficacité du web marketing qui est seulement en train d'être standardisé. Ensuite, il y a la question des infrastructures. L'accès au mobile est encore faible et les opérateurs n'investissent pas forcément dans l'internet mobile car beaucoup de Philippins ne peuvent se l'offrir.

La pénétration internet n'est que de 30% et s'il y a 95 millions d'utilisateurs de mobiles, seulement 40% a une connexion GPRS et 10 millions de Philippins ont du haut débit sur mobile. Par ailleurs, 60% des individus se connectent dans des cafés internet contre seulement 4% de leur mobile. Pourtant, le développement du digital passera par l'amélioration de la vitesse et de la qualité de la connexion et le marketing par le mobile. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas