Aux USA, les startups entreprennent d'enseigner l'informatique au plus grand nombre

Par 01 mars 2013 1 commentaire
étudiants apprenant à coder

A l'ère du numérique, les programmes qui visent à enseigner l'informatique se multiplient. La plupart sont le fait d'organisations indépendantes et de startups, qui proposent des alternatives à l'école traditionnelle.

Dans une société où le numérique est devenu la norme, avoir une connaissance des Computer Sciences (CS) - en d’autres termes, de l’informatique et du code - devient de plus en plus nécessaire. D’abord parce que la demande d’ingénieurs informatiques et de programmeurs ne cesse de croître, mais également pour comprendre les enjeux de demain. Il n’est donc pas surprenant de voir se multiplier les programmes éducatifs visant à enseigner les CS. Les Massive Open Online Courses (MOOCs), par exemple, sont initialement nés d’une volonté d’enseigner ces disciplines au plus grand nombre. De nombreuses startups (Udacity, Codecademy...) s’attaquent donc au problème et développent, en dehors de l’école traditionnelle, un enseignement parallèle, afin de permettre aux étudiants de compléter leur niveau en informatique ou d’apprendre à coder.

De la formation à l’accompagnement professionnel

En plus d’enseigner les « computer sciences, » beaucoup de ces programmes opèrent un suivi des étudiants, et les aident à trouver un emploi, ou à développer un premier projet professionnel. Par exemple, MakeGamesWithUs propose aux étudiants avec un niveau d’informatique quasi débutant d’apprendre à construire des applications de jeu sur iPhone. Le site met à disposition des étudiants des cours de programmation, des formations pour apprendre à utiliser des outils de niveau professionnel, et un accompagnement sur mesure en ligne. Les étudiants sont ensuite encouragés à créer leur propre jeu et à le publier sur la plateforme de MakeGamesWithUs. Une autre startup intitulée Treehouse permet d’apprendre à coder de A à Z et s’adresse à des étudiants qui cherchent à atteindre un but précis, comme un emploi. Enfin, Udacity a développé un programme qui met en relation élèves et entreprises, en vue d’obtenir un premier emploi.

Startups, écoles et universités collaborent

Ces options sont développés par des startup, à but lucratif ou non, et donc en dehors des écoles, mais pas forcément en silo. La plupart de ces programmes cherchent à développer des relations avec l’enseignement supérieur ou secondaire, et constituent des solutions “toutes faites” pour les écoles ou les universités. C’est le cas de TEALS (Technology Education And Literacy in Schools)par exemple, un programme local qui recrute, coach et place des professionnels de la technologie comme enseignants à temps partiel dans les lycées. En janvier dernier, Coursera a obtenu que cinq de ses cours d’universités prestigieuses comme Duke, soient crédités pour les étudiants ayant validé sur la plateforme. Si ces modèles de startups éducatives sont parfois critiquées (car monétisables), elles poussent néanmoins l’enseignement public à repenser son modèle et ses programmes scolaires.

Haut de page

1 Commentaire

cet article est intéressant car il apporte beaucoup d'informations hautes importances pour l’Émergence

Soumis par ISMAOUATT (non vérifié) - le 10 décembre 2013 à 22h16

Vos commentaires

(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
(If you're a human, don't change the following field)
Your first name.
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Aucune balise HTML autorisée
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plus d'informations sur les options de formatage

En soumettant ce formulaire, vous acceptez la politique de confidentialité de Mollom.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas