Vous avez dit bandit ?

Par 21 octobre 2010
Fils de barbelets

En partant du principe qu’un Américain sur huit a un criminel dans son arbre généalogique, on peut s’interroger sur ce qui peut bien se cacher dans la nôtre. Et aujourd’hui plus besoin d’aller dépêcher un détective privé pour enquêter. En effet, pour savoir si l’un de nos ancêtres a fait partie des dits ‘bandits’ des Etats-Unis, il suffit de se connecter à Internet.

En partant du principe qu’un Américain sur huit a un criminel dans son arbre généalogique, on peut s’interroger sur ce qui peut bien se cacher dans la nôtre. Et aujourd’hui plus besoin d’aller dépêcher un détective privé pour enquêter. En effet, pour savoir si l’un de nos ancêtres a fait partie des dits ‘bandits’ des Etats-Unis, il suffit de se connecter à Internet.

Quand on vous dit qu’Internet n’oublie jamais… même ceux qui ne s’y sont jamais connectés y sont répertoriés.

Concrètement, le site Ancestry a mis en ligne - gratuitement - une collection de près de 75.000 dossiers de prisonniers de plusieurs des établissements pénitenciers des Etats-Unis. Y compris Alcatraz, Leavenworth, McNeil Island et Atlanta. Une collection allant de 1875 à 1963 comprenant même des cartes d’identités avec les photos de près de 3500 détenus.

Alors Jessy James ou Al Capone… Pour savoir si l’on appartient ou pas à la descendance de l’un de ces célèbres gangsters, il ne reste plus qu’à surfer… vers la vérité, dirons-nous.

Ces dossiers regroupent aussi une foule de renseignements sur les détenus tels que la date de leur condamnation, les infractions commises, le lieu d’origine du détenu, les personnes plus ou moins proches de lui durant sa peine, etc.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas