Les avocats ne sont guère familiarisés avec Internet.

Par 25 novembre 1998
Mots-clés : Smart city, Europe

Selon une étude des éditions Lamy auprès de 809 avocats en activité à Paris et en province, deux tiers d'entre eux ne sont pas encore abonnés à Internet, un quart envisage toutefois de s’abonner pro...

Selon une étude des éditions Lamy auprès de 809 avocats en activité à
Paris et en province, deux tiers d'entre eux ne sont pas encore abonnés à
Internet, un quart envisage toutefois de s’abonner prochainement. 35 %
évoquent comme raison pour ne pas s’abonner la complexité du système, 31 %
son inutilité pour l’exercice du métier, 7 % ne possèdent pas
d’ordinateur.

Avocaweb (15 % d’utilisateurs), le site d’accès de conseil et de
préparation de la défense, est le premier fournisseur d’accès Internet
devant Wanadoo et AOL.
69 % des avocats estiment insuffisante la connaissance de l’offre des
bases de données sur Internet, tandis que 85 % ressentent le besoin
d’accéder à ces sources d’informations.
78 % veulent utiliser Internet pour échanger du courrier électronique avec
la clientèle, 59 % des dossiers entre confrères, 45 % pour faire connaître
leur cabinet et 33 % pour acheter des services.
Plus d’un quart des utilisateurs interrogés exercent dans un cabinet
disposant de son propre site. Ces adresses permettent non seulement de
présenter l’activité du cabinet, mais aussi et surtout d’éditer une lettre
d’information, de diffuser des textes juridiques ou de proposer des
services aux clients.
88 % des avocats interrogés se déclarent favorables à la consultation des
ouvrages de référence à partir de leur ordinateur.
(La Tribune 25/11/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas