Le badge est mort, vive la reconnaissance faciale !

Par 25 janvier 2016 4 commentaires
Gextra Time

Face aux nombreux problèmes que peut poser l’utilisation d’un badge en entreprise, la start-up Gextra Time vient de lancer un système de reconnaissance faciale des employés.

Beaucoup d’entreprises demandent à leurs salariés de passer un badge le matin à leur arrivée pour débloquer la porte et permettre un suivi de leurs horaires. Problème: les oublis ne sont pas rares et ce système n’est pas le plus fiable, un badge pouvant facilement passer de main en main.

Pour contrer cela, Gextra TIME propose l’aide de la technologie de reconnaissance faciale, grâce à un simple iPad accroché au mur et d’une connexion Wifi les employés n’ont plus qu’à sourire devant la caméra pour attester de leur présence et ouvrir les portes. Cet outil relativement simple permet de simplifier les suivis de temps de présence pour tous les services de ressources humaines qui en ont besoin. Les problématiques de renouvellement de badges sont ainsi obsolètes et il devient beaucoup plus simple pour des employés qui sont en free-lance et ne viennent occasionnellement dans l’entreprise d’être identifiés.

Autre précision de taille: ce système de reconnaissance faciale, dans sa version simplifiée, est légal pour le contrôle du temps de travail, il suffit d’une déclaration auprès de la CNIL afin de pouvoir s’en servir et la mise en place globale du service ne prend qu’une heure pour toute une entreprise. La start-up Gextra TIME permet aussi de gérer les contrats de travail des employés, elle est disponible pour deux euros par mois par salarié.

Haut de page

4 Commentaires

Pour rappel, ce type d'installation nécessite une AUTORISATION préalable de la CNIL (qui est loin d'être automatique et exigeante en matière de reconnaissance faciale) et non une simple déclaration (cf. art. 25 Loi Informatique et Libertés). Par ailleurs, il ne peut en aucun cas être utilisé pour le contrôle des horaires, s'il s'agit de biométrie.
Les informations reprises dans cet article (et sur d'autres sites internet) sont erronées, un simple coup de fil à la CNIL vous le confirmera.

Soumis par C. Scottez (non vérifié) - le 26 janvier 2016 à 10h29

Bonjour,

Merci pour ces précisions quant à l'autorisation, vous trouverez toutes les informations liées aux possibilités de contrôle d'accès et des horaires avec ou sans biométrie sur ce lien: http://www.cnil.fr/fileadmin/documents/approfondir/dossier/travail/FICHETRAVAIL_BIOMETRIE.pdf

Bien à vous,
Constance

Soumis par constance.guyon (non vérifié) - le 26 janvier 2016 à 11h09

Notre système peut être mis en place avec une déclaration à la CNIL, dans la mesure où notre mode dit "simplifié" proposé à nos clients en France n'utilise pas d'algorithme biométrique. Le visage est utilisé comme un badge, et permet de tracer les interventions des salariés sur l'iPad (arrivée, départ, demande de congés, etc.). La reconnaissance biométrique automatisée permettrait une plus grande fiabilité dans le traitement de l'information, cependant nous nous apercevons que le taux de fausses indications parmi les salariés de nos clients français semble être très faible. En effet, l'utilisation du visage incite les salariés à une grande rigueur, notamment lorsqu'on compare cette utilisation à celle de badges.

La version utilisant nos algorithmes de reconnaissance biométrique n'est pas proposée en France, car la CNIL n'autorise pas pour l'instant cette opération pour le contrôle du temps de travail. Mais encore une fois, cette version permet de repérer les "erreurs", mais ne change pas fondamentalement le système qui permet d'identifier une action par un visage.

Plus d'information sur http://time.gextra.net

L'équipe Gextra Time

Soumis par David Bouniol (non vérifié) - le 26 janvier 2016 à 12h13

Bonjour,

Lors de l'arrivée de plusieurs personnes en même temps, sur une entrée principale par exemple, qu'en est-il?
Et les multiples allées et venues de collaborateurs allant de réunions en réunions sur différents sites chaque jour...
Une fois les portes ouvertes le passage est possible pour d'autres..
Comment gérer le flux de personnes sans une personne physiquement présente pour le réguler?

Soumis par Vro - le 28 janvier 2016 à 13h48

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas