Banet standardise l'enregistrement de données physiologiques

Par 21 octobre 2008
Mots-clés : Smart city

Pour généraliser l'utilisation de capteurs et actuateurs sur la personne, le projet français travaille à l'élaboration de standards communs à toutes leurs utilisations : sport, médecine, etc.

Les réseaux sans fil sur la personne, ou BAN pour wireless "Body Area Networks", désignent des systèmes dans lesquels capteurs et actuateurs sont utilisés pour mesurer des paramètres physiologiques. Problème : les applications utilisant les BAN sont très diverses, si bien qu'il est difficile d'élaborer des normes internationales en la matière. C'est notamment pour résoudre ce problème que neuf partenaires industriels et académiques se sont réunis sous l'égide de l'Agence Nationale de la Recherche. L'un des objectifs du projet Banet est en effet d'organiser la coexistence entre les réseaux et objets BAN, dont le nombre ne cesse de s'accroître, et donc définir des technologies communes et normalisées. Les réseaux BAN visent un large champ d'applications.
Utilisation efficace du spectre
Ils sont utilisés dans l'électronique grand-public mais aussi et surtout en médecine et dans le sport. Dans ce dernier domaine par exemple, les informations issues des capteurs placés sur le corps aident à mieux connaître les gestes et les efforts des sportifs. Connaissance utilisée ensuite pour optimiser leurs performances. Le système fait remonter par voie radio les mesures de données physiques vers une unité centrale laquelle pourra les traiter, les renvoyer, prendre des décisions, alerter, etc. La ressource radio se faisant rare, l'un des différents problèmes sur lesquels les chercheurs vont se pencher réside dans l'utilisation efficace du spectre. Autre enjeu : réduire au maximum la consommation d'énergie de ces systèmes.
Décathlon et Orange
Ce, afin d'améliorer leur facilité d'utilisation, la durée de vie de leur batterie mais aussi la taille de leurs nœuds terminaux. À terme, les chercheurs souhaitent créer des réseaux autonomes grâce à un dispositif de récupération d'énergie. Une telle autonomie serait particulièrement utile dans le domaine médical, où les applications utilisant les Ban incluent le cas des implants. L'élaboration d'implants de nouvelle génération, comme des stimulateurs cardiaques, fait donc également partie du programme Banet. Le projet est piloté par le CEA-Loti, un institut de recherche sur les micros et nano technologies. Il inclut des partenaires aussi divers que l'équipementier sportif Decathlon ou l'opérateur Orange.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas