La banque en ligne chinoise est victime de son succès

Par 27 février 2008
Mots-clés : Smart city, Asie-Pacifique

Depuis un semestre, les performances des sites web des grands établissements financiers souffrent de l'afflux d'internautes.

(cliquez pour agrandir)
Les amateurs de banque en ligne sont mieux lotis en Espagne, en France, en Allemagne qu'en Chine... ou même en Suisse ! C'est ce qui ressort de l'étude mensuelle (*) IP-Label réalisée pour la filiale Asie de L'Atelier BNP Paribas. En effet, les sites chinois d'e-banking nécessitent un temps de chargement des pages près de cinq fois plus long que celui de leurs équivalents français. Cela ne signifie pas pour autant que le secteur de la banque sur Internet est moribond dans l'Empire du Milieu. Au contraire ! Les services financiers figurent en effet parmi les secteurs d’activité les plus bouleversés en Chine par l’essor ultra-rapide de l’Internet.
Les accords se multiplient avec les e-commerçants 
L'Atelier Asie a révélé ces derniers mois de très nombreux accords entre les acteurs bancaires et ceux du e-commerce, ou les éditeurs de plates-formes de paiement, ou encore de nombreuses initiatives dans le domaine du paiement mobile. Cependant, comme l'explique cette première étude d'IP-Label sur les performances des principales banques en ligne chinoises de ces douze derniers mois, le chemin semble encore bien long dans le domaine de la qualité délivrée à leurs centaines de millions de clients internautes. Le début de l'année 2007 avait bien commencé, mais une forte dégradation s'est faite sentir en juillet. Soit exactement au moment où un véritable séisme financier a commencé à ébranler les places boursières mondiales.
Des sites peu taillés pour de fortes fréquentations
Le Shanghai Stock Exchange connaît en effet, dès fin juin, une première correction sérieuse après de très nombreux mois de croissance ininterrompue. Les baisses de performance constatées ont très certainement pour origine directe l’inquiétude des clients, qui se sont précipités en masse sur les sites des banques en ligne, à la recherche d’informations susceptibles de les rassurer un peu. A moins que ce ne soit pour passer des ordres de Bourse… Ces serveurs web n’étaient visiblement pas préparés à une telle ruée, et on constate clairement l’incapacité technique des banques en ligne chinoises à assumer une brusque augmentation de la fréquentation de leurs sites.
(*) A retrouver plus en détail sur le blog Asie de l'Atelier.

L'Atelier BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas