La banque en ligne Egg ferme ses portes en France

Par 15 juillet 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

Pas de reprise mais une fermeture pure et simple. Les 133.000 clients de la banque en ligne Egg vont devoir renoncer à leur établissement bancaire. Cela faisait déjà plusieurs mois que...

Pas de reprise mais une fermeture pure et simple. Les 133.000 clients de la banque en ligne Egg vont devoir renoncer à leur établissement bancaire. Cela faisait déjà plusieurs mois que l’information était dans les tuyaux : Egg affichait une perte nette avant impôt de 34,4 millions de livres pour l’année 2003, contre 16,6 millions l’année précédente.

La cause de cette dynamique de perte ? La filiale française d’Egg, qui a augmenté en 2003 sa perte de 91 %, à 89,1 millions. Le groupe Prudential, fin 2003, recherchait déjà à se débarrasser de ce mauvais cheval, pour laquelle il avait tablé sur un million de clients. Autant dire que l’on est loin du compte…

Se débarrasser d’Egg France, certes, mais en trouvant un repreneur. Cet objectif n’aura pas été atteint par la direction d’Egg, qui affirmait dans un communiqué publié mardi qu’aucun acheteur potentiel n’a(vait) souhaité engager l’investissement nécessaire ». Au final, la fermeture d’Egg France devrait prendre environ 18 mois, et surtout coûter la modique somme de 170 millions d’euros au groupe.

Toujours est-il que cette fermeture devrait permettre à Egg de mieux se vendre. Deux noms sont encore en lice, pour reprendre l’établissement de banque en ligne : MBNA et Capital One, deux groupes américains spécialistes des cartes de crédit, alors que d’autres ont abandonné le projet de reprendre Egg, à l’instar de Barclays et de la Royal Bank of Scotland.

(Atelier groupe BNP Paribas – 15/07/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas