La Banque mondiale mise sur l'open data pour doper l'innovation

Par 12 octobre 2010
Icône en forme de mappemonde

L'institution internationale organise un concours, pour inviter les développeurs du monde entier à concevoir des applications intégrant les données accumulées par elle au fil du temps. Celles-ci pourront concerner la santé, l'éducation...

Afin d'encourager les développeurs à concevoir des applications, en particulier dans les pays en développement, il faut leur donner la possibilité d'accéder à des données gratuitement. Forte de ce constat, la Banque mondiale organise un concours, baptisé "Apps for Development", et ouvert à tous les développeurs. Ces derniers pourront intégrer dans leurs programmes les données accumulées au fil des ans par l'institution. Seule règle : l'application devra être en rapport avec l'un des huit objectifs du millénaire pour le développement (OMD). "Cette initiative est pour le moins intéressante", estime Philippe Silberzahn, spécialiste de l'innovation et de l'entrepreneuriat, interrogé par L'Atelier. "Elle est fondée sur l'ouverture des données, avec une vraie richesse de l'information à la portée du plus grand nombre", note-t-il.

Une démarche active qui prône l'ouverture

Avant d'ajouter : "le projet va plus loin. Il y a véritablement une démarche active, qui s'adresse aux personnes qui sont présentes sur le terrain". Le projet mis en place suit en effet une logique double : qui combine ouverture et promotion. Pour le spécialiste, cela a de fortes chances de créer une émulation. L'absence d'aspects directifs est également une bonne chose, selon lui. "En procédant de la sorte, on place chacun au même niveau. Et les bonnes surprises peuvent venir des niches qui peinent à se démarquer", développe-t-il. "Nous aimerions voir les concepteurs utiliser nos données et les mêler avec leurs propres données pour construire des applications réellement utiles traitant de problèmes locaux", précise Aleem Walji, directeur des pratiques d'innovation à la Banque mondiale. Contactés par L'Atelier, les responsables du projet affirment qu'une multitude d'applications peut voir le jour, dans des domaines variés.

Encourager l'entrepreneuriat local

"Cela peut concerner une application éducative, par exemple", explique le directeur. "Aujourd'hui, pour utiliser des données économiques, fiscales, il faut souvent y mettre le prix", indique le spécialiste. Et de préciser que le projet, à son sens, ouvre également des perspectives aux développeurs locaux, qui pourront ensuite bénéficier d'une promotion, via le concours. Avant d'ajouter : "on sait que dans ces domaines, les exemples jouent un rôle considérable pour encourager le plus grand nombre à entreprendre et innover". Les gagnants se verront attribuer un prix de 45 000 dollars et un soutien financier. Pour information : les candidatures devront être déposées au plus tard le 10 janvier 2011.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas