Les banques indiennes revisitent leurs moyens technologiques

Par 11 septembre 2009
Mots-clés : Smart city

Un vent de progrès technologiques souffle sur les banques indiennes. Au programme, revalorisation des outils informatiques et de l'externalisation pour une meilleure gestion des ressources.

En Inde, de nombreuses banques prévoient de déployer davantage de projets technologiques au cours de l’année prochaine, dans le but de réduire leurs coûts et de stimuler la croissance de leur chiffre d’affaires. D’après une étude menée par KPMG sur l’utilisation des nouvelles technologies de l’information, près de la moitié des banques interrogées, comprenant les quinze plus grandes banques indiennes, travaillent sur un projet de pointe. Par ailleurs, la moitié d’entre elles considèrent l’e-commerce, les services de banque mobile et autres initiatives complémentaires comme des pistes clés pour une croissance stratégique. Néanmoins, les dépenses liées à ces technologies ne flottent en moyenne qu’autour de 3 % de leurs revenus annuels.
Mieux tirer parti des technologies
Au cours de l’année dernière, les principales institutions bancaires indiennes ont pratiqué de nombreuses introspections sur l’efficacité de fonctionnement de leurs systèmes internes. Notamment au travers de programmes d’évaluation  de leurs systèmes bancaires, d’études sur l’efficacité de la sécurité informatique et l’évaluation des systèmes à valeur ajoutée. Par ailleurs, près de 60 % des banques interrogées pensent que les principaux challenges technologiques consistent à suivre le rythme des évolutions réglementaires et à appliquer les recommandations internationales des accords Basel II. Les établissements financiers indiens s’emploient ainsi à limiter les risques bancaires comme celui du crédit ou de la contrepartie.
Plus d’hésitations face à l’outsourcing
Parmi les mesures propices aux réductions de coûts, la consolidation des processus d’automatisation des flux d’informations ainsi que les techniques de virtualisation sont jusqu’à présent les initiatives les plus répertoriées. KPMG révèle également que des services clients de proximité comme les distributeurs automatiques et la gestion des services de carte bancaire ont été massivement externalisés, montrant ainsi une aisance de plus en plus remarquée à l’égard de la sous-traitance technologique.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas