Les bases de données en code source ouvert gagnent du terrain dans les entreprises américaines

Par 18 mars 2004
Mots-clés : Smart city

Selon une étude récente d'AMR Research, pour laquelle 140 directeurs informatiques américains ont été interrogés, les bases de données en code source ouvert ne sont encore qu'en phase...

Selon une étude récente d’AMR Research, pour laquelle 140 directeurs informatiques américains ont été interrogés, les bases de données en code source ouvert ne sont encore qu’en phase d’expérimentation sur le marché mais elles seront utilisées à grande échelle d’ici 2006. Contrairement aux bases de données propriétaires d’Oracle, IBM ou Microsoft, ces bases de données en code source ouvert peuvent être consultées, modifiées et redistribuées par n’importe quel programmeur. AMR rappelle que sur ce marché, trois acteurs sont aujourd’hui en lice : MySQL, MaxDB et PostgreSQL. «L’impact le plus immédiat sur les fournisseurs traditionnels sera la grande difficulté pour eux, après 2006, de vendre des bases de données ou de proposer à leurs clients les mises à niveau», souligne le rapport. Tout comme Linux avec Windows ou Solaris aujourd’hui.L’enquête d’AMR montre également que ces bases de données en code source ouvert intéressent de plus en plus les entreprises, principalement parce qu’elles coûtent moins cher que les bases de données traditionnelles. Ainsi, parmi les entreprises interrogées qui vont évaluer de nouvelles bases de données dans les deux ans, plus de 40 % reconnaissent que leur principal critère de choix est le prix. En effet, un fournisseur traditionnel facture jusqu’à 40 000 dollars par processeur de serveur, pour le logiciel, alors que le prix maximum pour une base de données en code source ouvert est de 1 500 dollars par processeur, pour MaxDB par exemple.Le rapport d’AMR indique par ailleurs que le soutien des grands éditeurs de logiciels va accélérer l’expansion de ces bases de données ouvertes. SAP a ainsi déjà conclu l’an dernier un partenariat avec la société MySQL. Cette dernière développe aujourd’hui la base de données en code source ouvert de SAP (MaxDB) et va progressivement intégrer ces fonctionnalités à sa propre base de données MySQL. Enfin, toujours selon AMR, les utilisateurs se disent davantage satisfaits des bases de données ouvertes que des bases de données propriétaires en matière de prix, performances, facilité d’administration, stabilité et fonctions standard. En revanche, ils ne sont pas satisfaits de la modularité, c’est-à-dire de leur capacité à gérer de gros volumes de données.Michel Ktitareff, pour l’Atelier – groupe BNP Paribas – 18/03/2004

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas