La bataille entre réseaux de satellites ne fait que commencer.

Par 25 novembre 1998
Mots-clés : Digital Working

Ayant vu le jour au début de ce mois, le premier service mondial de téléphonie mobile par satellite, Iridium et ses 66 satellites a donné le coup d’envoi du MSS (Mobile satellite service). Directeur...

Ayant vu le jour au début de ce mois, le premier service mondial de
téléphonie mobile par satellite, Iridium et ses 66 satellites a donné le
coup d’envoi du MSS (Mobile satellite service). Directeur marketing de
TDCom, Patrick Givassier, explique “le marché est aux trois quarts
professionnel et s’adresse plus particulièrement aux secteurs du BTP, du
pétrole, des médias …”. Pour parvenir à la rentabilité, le réseau Iridium
devra atteindre les 600 000 abonnés avec des communications de 10 à 15 F
la minute et un terminal à 23 000 F. Iridium espère convaincre 5 000 à 10
000 abonnés par an.
Mais il n’est pas seul sur les rangs. Dans les deux à venir, les réseaux
satellitaires concurrents GlobalStar, Ico, Skybridge et Teledesic
devraient être mis en service. La mise en orbite de tous ces réseaux va
entraîner une véritable explosion des services dans le monde des
télécommunications et une concurrence acharnée entre les différentes
technologies.
Représentant au total 141 milliards de F d’investissements, ces projets
ambitionnent un marché d’une centaine de millions d’utilisateurs.
Tous ces réseaux satellitaires ne visent pas les mêmes marchés. Iridium,
Ico et Global Star misent sur la téléphonie mobile. Ce marché devrait
atteindre en 2007, 29,3 milliards de F pour 11 millions d’utilisateurs,
contre 91 000 aujourd’hui (source Ovum).
Les réseaux comme Skybridge et Teledesic sont équipés de satellites
“large bande” pour les applications multimédia nécessitant des débits de
grande capacité.
Si Skybridge veut se limiter au rôle de fournisseur d’infrastructures,
Teledesic envisage tout simplement le rôle d’opérateur de
télécommunications à part entière.
La bataille fait rage entre satellite et radio numérique.
Les transports publics ou privés utilisent la transmission par satellite
que ce soit en cas d’accident ou d’attaque. Ce marché encore balbutiant
est promis à un bel avenir.
Responsable des services par satellite chez IBM Global Services Emea,
Renaud Régis affirme “à présent, le moteur de l’évolution technologique,
c’est le grand public”.
(Dossier de trois pages La Tribune 25/11/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas