La bataille se prépare pour les mobiles de troisième génération.

Par 11 juin 1999

L'Operators Harmonisation Group, le principal regroupement mondial d'opérateurs et d'équipementiers télécoms, vient de formaliser à Toronto un accord visant à établir un standard pour la troisième...

L'Operators Harmonisation Group, le principal regroupement mondial
d'opérateurs et d'équipementiers télécoms, vient de formaliser à Toronto
un accord visant à établir un standard pour la troisième génération de
téléphones mobiles (3G, ou encore UMTS). Non seulement, ces nouveaux
appareils permettront de téléphoner, mais surtout on pourra accéder à tous
les services de l'Internet avec des débits élevés. Les opérateurs
entendent offrir un service réellement mondial, contrastant avec la
situation actuelle du mobile où différentes normes incompatibles
cohabitent : analogique, numérique européen (GSM) et américain (TDMA).
Il n'y aura à l'avenir qu'une seule famille de standards, le CDMA,
comportant des déclinaisons régionales suffisamment proches pour permettre
une interopérabilité des réseaux.
Bien entendu, cet accord sur des principes techniques n'empêche pas la
concurrence pour capter les 1,7 milliard d'utilisateurs attendus en 2010.
Ainsi, Motorola et Sun viennent de signer pour dix ans une alliance pour
développer en commun le "backbone" d'un réseau permettant d'offrir ces
nouveaux services de téléphonie mobile (voir la revue de presse du 10/06).
Selon le Financial Times, ATT Wireless, British Telecom, Ericsson et
Nortel Networks seraient sur le point d'annoncer un projet similaire.
(18h.com du 10/06/1999)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas