Battage médiatique et sons de cloche variés autour d’un concours de hackers

Par 08 juillet 2003
Mots-clés : Smart city

Le concours de piratage informatique qui a eu lieu dimanche dernier, s’il ne semble pas avoir eu d’incidence particulière sur le réseau, a au moins soulevé un grand nombre de réactions partout ...

Le concours de piratage informatique qui a eu lieu dimanche dernier, s’il ne semble pas avoir eu d’incidence particulière sur le réseau, a au moins soulevé un grand nombre de réactions partout dans le monde. Trop au goût de certains spécialistes de la sécurité sur Internet qui reprochent surtout à certains sites Internet, comme Internet Security Systems (ISS), d’avoir gonflé l’importance de l’événement, ce qui aurait attiré l’attention des médias ainsi que celle des pirates informatiques.

Les objectifs de ce concours étaient simples : « Eleonora[67] », pseudonyme de la personne à l’origine de l’opération, avait demandé aux hackers de défigurer un maximum de pages web en l’espace de six heures, avec comme objectif principal de pirater 1 000 sites Internet par heure. 48 heures après le lancement du défi, il est difficile de tirer un bilan, même si de nombreuses organisations jugent d’ores et déjà inutiles et dangereux ce genre d’appel au piratage.

La plupart des sites Internet spécialisés dans la sécurité des réseaux s’entendent pour mettre en avant l’impact limité de ce concours sur les sites web les plus visité. Pour Sophos, une société britannique de logiciels de sécurité informatique, il n’y a pas eu de hausse particulière des attaques de sites Internet ce dimanche. Selon cette entreprise, ce challenge n’aurait pour seul but que d’attirer l’attention des journaux spécialisés dans les nouvelles technologies, pendant une période sans grosse actualité.

Pour Zone-H, un site web estonien qui relève les cyberattaques partout dans le monde, le dimanche 6 juillet doit au contraire « être considéré comme la journée où a régné le pire chaos de toute l’histoire de l’Internet ». Les responsables de cette société avaient accepté de référencer les différents sites Internet attaqués pendant ce concours, tout en affirmant n’avoir aucune responsabilité dans son organisation. Ils ont eu le temps de relever entre 500 et 700 attaques en une heure, avant de subir eux-mêmes les foudres des hackers…

(Atelier groupe BNP Paribas – 08/07/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas