Bientôt des robots capables de s'adapter et de partager des similarités ethniques ?

Par 20 mars 2013 Laisser un commentaire
Robot

Des robots mis au point aux États-Unis sont maintenant capables de percevoir les similarités ethniques. Le crowdsourcing se révèle être un outil essentiel dans la réalisation de ces expériences.

Si les humains sont capables de faire preuve d'homophilie – de s'associer en fonction des similarités qui les composent, n'en devrait-il pas être de même dans une interaction entre un humain et un robot intelligent ? C'est en tout cas ce que ce sont dit un groupe de chercheurs issus de la Carnegie Mellon University. Ceux-ci ont en effet essayer de mettre au point un robot prototype capable d'analyser les comportements verbaux et non-verbaux de ses interlocuteurs humains, et de les retranscrire. Mais difficulté principale était avant tout d'effectuer un repérage des indices ethniques tout en essayant d’éviter les étiquettes trop évidentes et potentiellement offensantes de l'ethnicité et de la culture. Comme c'est le cas des vêtements, de l'accent et de l'apparence physique. Pour cela le principe de crowdsourcing a été d'une grande utilité.

L’apport du crowdsourcing

Car en effet, les chercheurs ont dans un premier filmé des interactions entre des américains natifs et des individus de langue maternelle arable mais bilingue anglais, se mettant à la place d'un standardiste et d'un client. L'analyse du corpus de dialogues enregistrés par vidéo a aini permis d'affiner l'ensemble des points qui sont riches en indices relatifs à l’ethnicité. Parmi ceux-ci, on retrouve notamment des manières différentes d'accueillir le client, d'exprimer un désaccord ou encore de réussir à donner des explications faciles pour orienter un individu. Ils ont ensuite divisé les comportements les plus saillants en deux groupes et les ont présentés comme deux conditions expérimentales: d’un côté les indices comportementaux liés aux individus du monde arabique et de l’autre ceux liés à l’ethnie américaine. Ces indices ont ensuite été intégrés au robot prototype lui-même.

Homophilie, ethnicité et technologie

Cependant, des entrevues réalisées après l’étude avec des participants ont révélé que nombreux d’entre eux ont eu des difficultés à interpréter les questions d'attribution ethniques face à ces robots. Puisque la ressemblance humaine du visage du robot prototype est encore insuffisante, il faudrait alors reproduire cette étude avec des robots plus anthropomorphes. Avec de telles amélioration, les chercheurs estiment que d'autres types de similarités liées à l'homophilie pourraient ainsi être perçues par ce robot, du point de vue du genre, ethniques, sociales, socio-démographiques ou comportementales. Toutefois, ceux-ci rappellent que l'’existence de l’homophilie dans les relations humaines avec la technologie a déjà été prouvée, en particulier avec les agents conversationnels.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas