Bijoux, épicerie, articles de sport... : où en est Amazon ?

Par 22 décembre 2003

Depuis le mois de septembre dernier, la version américaine du bien connu Amazon a ouvert quatre nouveaux magasins : une épicerie fine, une bijouterie, un magasin d'articles de sport et un dernier ...

Depuis le mois de septembre dernier, la version américaine du bien connu Amazon a ouvert quatre nouveaux magasins : une épicerie fine, une bijouterie, un magasin d’articles de sport et un dernier (inauguré la semaine dernière) de pharmacie et parapharmacie, dont le fonctionnement a été intelligemment pensé. Les biens vendus sur www.amazon.com sont les produits de fournisseurs qui gèrent les stocks et l’envoi de leurs marchandises, et achètent à Amazon leur visibilité sur Internet. Selon le cabinet d’études Forrester Research, ils paieraient à Amazon entre 7 et 15 % du prix de vente de leurs produits. L’intérêt des fournisseurs pour le site d’Amazon est énorme, puisque celui-ci reçoit la visite de plus de 15 millions de visiteurs par semaine en cette période de fin d’année. Et pour Amazon, aucune prise de risque, puisque c’est la seule responsabilité du fournisseur qui est engagée si le consommateur n’est pas satisfait. Pour l’instant, Amazon n’a pas donné de résultats concernant les ventes issues de ses nouveaux magasins. Une analyste de Forrester Research, Carrie Johnson, livrait cependant au New York Times dans l’édition de lundi, que les résultats de ces magasins seraient « corrects, mais pas exceptionnels ». Il faut préciser que les boutiques en question ne sont actives que depuis quelques mois, et qu’il est donc difficile de dégager dès à présent des tendances de ventes. Cependant, selon le cabinet d’études Comscore Networks, qui mesure le trafic sur Internet, bijouterie et épicerie font partie des segments qui enregistrent les plus fortes croissances de ventes sur Internet. A la fin du mois de novembre, les ventes de bijoux et de montres ont atteint 800 millions de dollars (en croissance de 38 % par rapport à l’année précédente) et les ventes de nourriture et de boisson 430 millions de dollars (82 % de croissance par rapport à l’année 2002). Les chiffres sont moins éloquents en ce qui concerne les articles de sport, qui n’ont enregistré que 7 % de croissance des ventes, à 990 millions de dollars. Dans l’ensemble ces chiffres laissent présager que les ventes enregistrées sur Amazon, déjà populaire pour la vente de biens culturels, devraient progresser en 2004. ( Atelier groupe BNP Paribas – 22/12/2003)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas