Bilan de l’administration électronique française.

Par 13 mai 2001

Selon le tableau de bord d’avril 2001 de l’administration électronique française, le nombre de sites publics est passé d’environ 2 600 fin septembre 2000 à 3 400 fin avril 2001, soit une progression...

Selon le tableau de bord d’avril 2001 de l’administration électronique
française, le nombre de sites publics est passé d’environ 2 600 fin
septembre 2000 à 3 400 fin avril 2001, soit une progression d’environ 30 %
en six mois. Cette augmentation est essentiellement due à la création de
sites de collectivités territoriales.
La fréquentation de ces sites est en hausse constante. Selon une étude de
Jupiter MMXI, plus de1,6 millions de visiteurs ont consulté à domicile les
sites gouvernementaux en février 2001, soit plus de 20 % des sites
consultés toutes catégories confondues.
Le développement des portails et sites thématiques tournées vers l’usager
se renforce.
Le nombre d’accès début avril 2001 s’élevait à 1 700. L’objectif fixé par
le CISI du 10 juillet 2001 est de 7 000 accès en 2003. Prochainement, le
lancement d’un label «espaces publics numériques» (EPN) devrait
permettre le référencement d’accès publics de qualité.
Le nombre de formulaires en ligne est passé de 600 fin septembre 2000 à
environ 900 fin avril 2001, soit une progression du pourcentage par
rapport aux formulaires papier de 36 à 51 %. La totalité des formulaires
les plus courants pour les particuliers sont en ligne. Prochaine étape:
les formulaires les plus courants pour les entreprises.
Les téléprocédures sont de plus en plus nombreuses sur l’Internet public,
dont trois exemples récents: la commande d’un extrait de casier
judiciaire, la télédéclaration et le télépaiement de la TVA ainsi que la
passation d’une annonce de marché public ou d’une annonce légale.
L’administration électronique recense un parc informatique d’environ 700
000 micro-ordinateurs, dont plus de la moitié sont en réseau (local et/ou
intranet). Toutefois, malgré une hausse continue (environ 30 % des postes
en 2000, contre 5 % en 1999), la connectivité à l’Internet demeure
insuffisante au niveau européen.
La mise en réseau des services de l’Etat et des collectivités
territoriales est une tendance forte de l’administration électronique.
Elle est notamment illustrée par trois projets: Vit@Min, un outil
interministériel de travail coopératif, les SIT (systèmes d’information
territoriaux) et AdER (administration en réseau).
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 14/05/2001)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas