La biologie synthétique a besoin des chercheurs

Par 28 juin 2007

Un consortium de scientifiques souhaite mobiliser autour de la recherche en biologie synthétique. Celle-ci pourrait apporter de réelles solutions aux problématiques environnementales et sanitaires...

Un consortium de scientifiques souhaite mobiliser autour de la recherche en biologie synthétique. Celle-ci pourrait apporter de réelles solutions aux problématiques environnementales et sanitaires.
 
La biologie synthétique consiste en la construction ou la reproduction synthétique de composants de systèmes biologiques. Elle pourrait révolutionner la science. C'est en tous cas ce qu'estime une équipe de scientifiques, qui a publié un rapport pour réclamer un effort de la part des chercheurs du monde entier. Ce, à l'occasion de la clôture du premier Kavli Futures Symposium, qui s'est déroulé du 11 au 15 juin à Illulissat (Groenland). Selon le groupe, la biologie synthétique pourrait apporter de nouvelles solutions à des problématiques aussi diverses que le développement d'une énergie propre ou l'extension de la malaria. "Le début du XXIème siècle est un temps de formidables promesses mais de tout aussi importants dangers", expliquent les dix-sept scientifiques signataires dans leur note.
 
D'immenses défis à relever
 
"Nous devons faire face à d'immenses défis comme le changement climatique, le problème de la santé et la baisse des ressources en énergie et en eau. La biologie synthétique offre des solutions à ces problèmes, avec la possibilité de développer des microorganismes capables de convertir des matières végétales en carburants, ou de les synthétiser pour faire de nouveaux médicaments et détruire les cellules déficientes dans un corps", ajoutent-ils. La mise sur pied d'un effort commun autour de la biologie synthétique, qui combine l'utilisation d'applications technologiques, de nanosciences et de biologie moléculaire, permettra également de développer des mesures de protection contre les accidents et les abus éventuels: "Comme pour toutes les technologies révolutionnaires, les risques sont aussi grands que les promesses[...]".
 
Une période cruciale pour cette spécialité
 
"C'est pourquoi un règlement doit être instauré pour favoriser les aspects positifs de la technologie et supprimer ceux qui pourraient laisser courir un grave danger". Entre autres recommandations, le rapport propose aussi la création d'une organisation professionnelle chargée de maximiser les bénéfices, minimiser les risques et veiller au respect de l'éthique. Reste à savoir si cet acte de foi débouchera sur de réelles avancées. "Nous sommes dans une période cruciale pour la biologie synthétique", rappelle Paul McEun, professeur de physique à la Cornell University. "Les décisions que nous allons prendre aujourd'hui - et qui concernent les investissements que nous allons faire et les règles que nous allons instaurer pour régir le champ d'application - auront un impact très fort sur la société pour les décennies à venir".
Mathilde Cristiani pour L'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas – 28/06/2007)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas