La biométrie contrôle le dossier médical

Par 20 septembre 2007

HT Systems et Fujitsu coopèrent pour mêler dossier médical numérique et authentification biométrique. Ici, ce sont les veines de la paume de main qui sont mises à contribution...

HT Systems et Fujitsu coopèrent pour mêler dossier médical numérique et authentification biométrique. Ici, ce sont les veines de la paume de main qui sont mises à contribution.
 
En France, l'accès aux prescriptions sera contrôlé par la carte à puce du patient et celle de son médecin traitant. Aux Etats-Unis, c'est la main qui fait office de mode d'identification. Tout du moins dans le système PatientSecure, développé conjointement par HT Systems et Fujitsu Computer Products of America. Un scanner - sensible à l'infra rouge - va prendre une image des veines de la paume de la main. Celle-ci associera alors l'image numérisée et le dossier médical de la personne.
 
Contre la fraude et le vol
 
Cette dernière est représentée par un numéro unique. Le tout est stocké dans une base de données. En l'occurrence, SQL Server de Microsoft. Pour les deux fournisseurs, PatientSecure est un moyen qui se révèle utile non seulement contre la fraude aux assurances, mais aussi contre le vol d'identité. Le réseau veineux serait en effet cent fois plus unique que celui d'une empreinte digitale. C'est en tout cas plus pratique que l'identification par l'iris, l'oreille ou encore le visage.
 
Moins coûteux que l'ADN

Et beaucoup moins coûteux que l'identification par ADN. Un projet pilote a d'ores et déjà été déployé dans le système de santé "Carolinas HealthCare System", soit un réseau de moins de vingt hôpitaux. A noter que des technologies similaires sont employées par les autorités des Emirats Arabes Unis. Non seulement pour accéder aux dossiers des personnes hospitalisées, mais aussi pour prouver son identité ou faire des achats.

Atelier groupe BNP Paribas

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas