Biométrie : quand regarder une image peut être source d’identification

Par 20 avril 2016
Cerveau

Des chercheurs viennent de mettre au point un nouveau système d’identification qui utilise les ondes cérébrales.

L’équipe de chercheurs de l’Université de Binghamton aux Etats-Unis a réalisé des tests sur une cinquantaine de personnes à l’aide d’un casque encéphalogramme. Ils ont montré à celles-ci 500 mots et images et ont analysé les réponses cérébrales de chaque participant. Il s’est avéré que ces réponses sont propres à chaque personne et qu’un système informatique était ensuite capable, en fonction des différentes ondes cérébrales, de deviner avec 100% de précision qui avait répondu. Parmi les images proposées on pouvait aussi bien retrouver une tranche de pizza, qu’un bateau ou encore une célébrité. 
 
La même équipe de chercheurs avait réalisé une précédente étude en 2015 n’utilisant cette fois-ci que des mots, ils avaient alors obtenu un taux de reconnaissance fiable à 97%. Tout l’intérêt de la réduction de cette marge d’erreur est que les chercheurs envisagent l’utilisation de ce procédé pour des identifications de sécurité avant de rentrer dans des lieux stratégiques comme le Pentagone ou encore des centrales nucléaires. Dans ces cas-là, il n’y a pas le droit à l’erreur. 
 
Quand on sait que les empreintes digitales ou de la rétine peuvent facilement être imitées et détournées, on comprend d’autant plus l’intérêt de ce nouveau procédé biométrique utilisant les ondes cérébrales. Si quelqu’un souhaitait utiliser la violence contre autrui pour tromper le système en utilisant le casque encéphalogramme, cela ne serait pas possible car sous l’effet du stress la personne n’enverrait pas les mêmes ondes qu’à son habitude. 

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas