La BNF va numériser toute la presse française depuis la Restauration jusqu'à la Libération

Par 17 février 2005

Quelle était la une du journal Le Temps le 17 février 1935 ? Cette question, et tant d'autres, trouveront bientôt leur réponse sur le site Internet de la Bibliothèque Nationale de France...

Quelle était la une du journal Le Temps le 17 février 1935 ? Cette question, et tant d'autres, trouveront bientôt leur réponse sur le site Internet de la Bibliothèque Nationale de France ( http://www.bnf.fr ). Celle-ci a annoncé le lancement d'un chantier colossal, qui se déroulera sur cinq ans (2005-2009) et dont la finalité est de numériser et de publier en ligne les archives de la presse parue entre la Restauration et 1944.

Trois millions et demi de pages se retrouveront ainsi en libre accès sur Internet. Dès l'année prochaine, quatre quotidiens seront disponibles : il s'agit de L'Humanité, créé en 1904 par Jean Jaurès, du Figaro (1826), de La Croix (1883) et du journal Le Temps, qui a cessé d'être publié en 1942.

Plus tard, dix-huit autres titres doivent être numérisés : Le Journal des Débats , Le Constitutionnel , La Presse , Le Siècle , Le Petit Journal , Le Petit Parisien , Le Matin , Ouest-Eclair (ancêtre de Ouest-France ), L'Action Française , L'Aurore , Le Gaulois , La Lanterne , L'Intransigeant , La Justice , L'Univers , Le Rappel , Gil Blas et L'Echo de Paris .

De quoi contenter les férus d'histoire, qui pourront "tourner la page" de la consultation sur micro-film sur le site de la BNF. De quoi également pallier la dégradation des supports qui pour certains sont stockés depuis plus de 150 ans et dont le papier commence à sérieusement s'abîmer. De quoi, enfin, proposer une alternative au mastodonte Google, qui a annoncé en décembre 2004 la numérisation des supports issus de sept grandes bibliothèques américaines. Ceux qui en France avaient appelé les autorités à réagir doivent aujourd'hui se réjouir de la nouvelle...

Le projet, sur cinq ans, doit être financé à hauteur de 3,5 millions d'euros par le budget de la BNF elle-même et à hauteur de 150.000 euros chaque année par le Sénat. Jean-Noël Jeanneney, le président de la BNF, a précisé que l'institution cherchait d'autres sources de financements.

(Atelier groupe BNP Paribas - 17/02/2005)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas