Le bogue de l’an 2000 va coûter à la France entre 50 à 100 milliards de

Par 27 novembre 1998
Mots-clés : Digital Working, Europe

F. Hier, trois membres du gouvernement, Dominique Strauss-Kahn, Maryse Lebranchu et Christian Pierret, ont rendu public le rapport de Gérard Théry sur “le passage informatique à l’an 2000”. Dominiq...

F.
Hier, trois membres du gouvernement, Dominique Strauss-Kahn, Maryse
Lebranchu et Christian Pierret, ont rendu public le rapport de Gérard
Théry sur “le passage informatique à l’an 2000”. Dominique Strauss-Kahn
a affirmé “ce problème touche tous les aspects de la vie, il concerne
l’ensemble de la société. C’est un enjeu majeur pour les entreprises, les
salariés s’il y a des arrêts de production- et pour les consommateurs. Il
faut tout revoir, les digicodes, les ascenseurs, les magnétoscopes …”.
Plus personne en 1999 ne devra ignorer le problème. Pour cela, une
campagne radio sera lancée en janvier, un barème trimestriel sur
l’avancement des travaux sera mis en place dès décembre, un nouveau site
Internet va s’ouvrir (http://www.an2000.gouv.fr).
Gérard Théry a ainsi déclaré “il faut que, comme dans une salle branche
pour les semi-conducteurs, nous limitions au maximum les impuretés. Il
s’agit de réduire les risques pour limiter les dysfonctionnements
possibles, mais il y en aura dans tous les pays”.
Le gouvernement veut ainsi renforcer la mobilisation des acteurs publics
et privés, sensibiliser les PME-PMI ainsi que l’opinion à ce sujet.
Plusieurs dizaines de millions de F seront investis. Un “comité national
pour le passage à l’an 2000” sera créé. Il se réunira tous les deux mois
et informera sur l’état d’avancement des travaux.
Fondé dans les prochains jours, un “centre national sur le passage à l’an
2000” va publier une brochure adressée aux 2,2 millions de PME, bientôt
accompagnée d’un guide pratique pour diagnostiquer les micro-ordinateurs.
Maryse Lebranchu a ainsi indiqué “nous réunirons les boulangers et les
fabricants de fours, les chauffeurs de taxi et les fabricants de
compteurs, pour qu’ils sachent quels sont les appareils concernés et ce
qu’il faut faire”.
Des plates-formes régionales seront également créées et les préfets seront
sollicités pour initier des plans de préparation et de sauvegarde.
Les hauts fonctionnaires de chaque ministère responsables des travaux An
2000 rendront compte des progrès accomplis à un groupe interministériel
mis prochainement en place au sein de l’administration.
Selon Dominique Strauss-Kahn, le coût total “pourrait être de 50 à 100
milliards de F sur trois ans” en France et devrait atteindre “de 12 à 13
milliards pour l’Etat”, soit 25 % du coût de son budget informatique.
Chez EDF, toutes les corrections seraient faites en septembre 1999. La
Poste et France Télécom seraient bien avancés.
Pour faciliter la tâche des petits patrons, le gouvernement envisage
également un certain nombre de mesures fiscales et de dérogations. Pour
laisser aux entreprises le temps de régler les derniers détails, le
rapport Théry préconise de faire du 31 décembre 1999 un jour férié.
Selon Claude Cargos, le président du Cigref “le gouvernement aurait dû
commencer un an plus tôt, mais c’est très bien qu’il démultiplie ses
efforts. Nous avons aujourd’hui besoin d’un dispositif de pilotage serré
et de prévoir les plans de contingence au cas où cela se passe mal”.
(Les Echos Le Figaro La Tribune Le Parisien Libération 27/11/1998)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas