Les bonnes affaires ne se dénichent pas encore sur les réseaux sociaux

Par 26 janvier 2012
Clavier avec touches sapin et cadeau

Les consommateurs vont volontiers sur le web pour trouver des promotions. Mais ils ne pensent pas encore véritablement aux sites comme Facebook et Twitter.

 

Pour chercher des "bons plans" pendant la période des fêtes de fin d'année (entre Thanksgiving et Noël), le papier et l'email sont encore les supports favoris des consommateurs américains. Battant ainsi largement les réseaux comme Facebook ou Twitter. Selon l'étude Just Ask!, mandatée par Crowd Science, à peine 3 % des personnes interrogées utilisent le premier, et 1 % le deuxième. Reste que le web en général conforte pour sa part son importance dans la démarche de consommation. Notamment parce que, en période de vacances, près de la moitié des individus explique ne pas apprécier se déplacer dans les magasins. Et 25 % soulignent faire leur shopping en ligne.

Les achats ne se font plus vraiment à l’avance

Quand elles partent à l'affût de bonnes affaires, 25% des personnes interrogées choisissent les sites web d’entreprise pour trouver un produit, bien avant les catalogues et publicités (15%), les newsletters et notifications (13%) ou les discussions avec des proches (9%). Pour accroître le taux d'individus faisant leurs acquisitions sur Internet, il faudra cependant dépasser plusieurs freins, notamment celui de la crainte sécuritaire : une personne sur cinq se déclare inquiète, en particulier chez celles qui ne sont pas très habituées au web. Qu'ils se déplacent ou qu'ils achètent sur le web, un fait en tout cas reste commun : les consommateurs ont de plus en plus tendance à acquérir leurs produits à la dernière minute. 17 % en tout confirment correspondre à ce profil.

L’intention d’achat est évolutive

A noter, enfin, dans l'étude : les sommes envisagées pour les dépenses de fin d’année évoluent avec le temps : plus Noël approche, plus le budget envisagé augmente. En effet, le nombre de personnes qui pensent dépenser plus que l’année précédente passe de 17% la semaine de Thanksgiving à 22% à l’approche des vacances de Noël. Et même si 4 personnes sur 10 envisagent de dépenser la même somme que l’année précédente, pour Sandra Marshal, Sciences VP chez Crowd : «à l’approche des fêtes, les plans de dépenses sont loin de coller à ceux de l’année précédente». L’étude nous montre que l’intention d’achat n’est pas immuable.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas