Le bouton "power", nouvelle technologie verte ?

Par 18 mars 2008

Mettre son ordinateur hors tension et pouvoir le rallumer aussitôt favorisera l'adoption de comportements plus économes en termes d'énergie. Ce concept est actuellement expérimenté par des universitaires d'Oxford.

Faire du green IT grâce à un simple logiciel gratuitement téléchargeable sur la Toile. C'est le projet qu'ambitionne de lancer à l'échelle du Royaume-Uni des chercheurs de l'université d'Oxford. Ceux-ci sont en train de mettre au point une application permettant d'éteindre aisément son ordinateur dès qu'il n'est plus utilisé, puis de pouvoir le rallumer aussi vite pour une utilisation immédiate. Une action qui n'impliquerait pas plus qu'une simple pression sur le bouton de mise en route de la machine. A travers ce projet, c'est notamment la tendance des ordinateurs à consommer autant d'énergie lorsqu'ils sont utilisés que lorsqu'ils ne le sont pas qui est pointée. Ainsi que celle des utilisateurs qui n'enclenchent pas les fonctions de veille ou d'hibernation proposées par leurs PC. En facilitant la manœuvre, les chercheurs souhaitent favoriser le développement de comportements "éco-responsables".
Gain énergétique et financier
Cette technologie va être l'objet d'un projet pilote de dix huit mois qui concernera tous les postes informatiques de l'établissement. "Avec notre système, nous prévoyons une réduction de près de la moitié des consommations énergétiques du parc informatique de l'université et une réduction de ses émissions de carbone de plus de 1 500 tonnes par an", anticipe Daniel Curtis, chercheur à l'Institut du changement climatique, dépendance de l'université. Et ce dernier a par ailleurs calculé l'avantage que revêt sa solution en termes de coûts. Il estime en effet à près de 250 000 livres par an l'économie potentielle engendrée par l'emploi de sa technologie. Cette application rappelle le principe de fonctionnement des systèmes à mémoire flash, capables de se mettre en fonction quasi instantanément, et donc de ne pas léser l'utilisateur lors de la mise sous tension.
Mettre le système à disposition du plus grand nombre
Et l'équipe de chercheurs ne compte pas se contenter de la simple expérimentation de ce système : "nous souhaitons développer un moyen de gérer les consommations de son ordinateur qui n'incommodera ni l'utilisateur final, ni les responsables des départements informatiques". A terme, c'est bel et bien la mise à disposition de cette solution au plus grand nombre qui est visée. Des entreprises telles que Fujitsu Siemens auraient déjà montré leur intérêt pour ce projet. Celui-ci sera officiellement lancé le 19 mars à l'occasion d'une conférence réunissant des universitaires et des professionnels autour de l'impact environnemental des infrastructures NTIC.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas