Bouygues Télécom et Neuf Télécom vont-ils se rapprocher ?

Par 16 juin 2004
Mots-clés : Digital Working

Le groupe Bouygues peut se réjouir des résultats de sa filiale de téléphonie mobile, qui enregistre sur le premier trimestre 2004 un bénéfice net de 63 millions d’euros et a réalisé un chiffre...

Le groupe Bouygues peut se réjouir des résultats de sa filiale de téléphonie mobile, qui enregistre sur le premier trimestre 2004 un bénéfice net de 63 millions d’euros et a réalisé un chiffre d’affaires de 878 millions d’euros : ses ventes ont ainsi augmenté de 15 % sur ce trimestre et son bénéfice net de 66 %. Gilles Pelisson, le PDG de Bouygues Telecom, a commenté hier les résultats du premier trimestre et donné ses prévisions pour l’ensemble de l’année 2004. Selon lui, la croissance du marché des télécoms devrait être moindre ces trois prochaine trimestres. Il reste que l’opérateur table d’ici à la fin de l’année sur une population d’un million de clients convertis à l’i-mode. Ils sont déjà 700.000 aujourd’hui. Mais ce n’est pas avec ses résultats que Bouygues Télécom fait aujourd’hui les gorges chaudes des media. La rumeur court (et elle n’a pas été démentie par Bouygues Télécom) que l’opérateur pourrait allier ses services de téléphonie mobiles à ceux d’un opérateur fixe. Un nom est déjà dans toutes les bouches : Neuf Télécom, dont Bouygues Télécom pourrait se rapprocher pour concrétiser une alliance à l’image de celle conclue par British Télécom et Vodafone autour de leur « Blue Phone » : l’idée est de commercialiser un appareil qui puisse être aussi bien utilisé sur un réseau fixe que sur un réseau mobile (voir à ce sujet l’article du 08.06.2004). (Atelier groupe BNP Paribas - 16/06/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas