Boxed tente de démocratiser la vente en gros pour particulier via le mobile

Par 13 septembre 2013
Boxed

Plutôt réservée au B2B, la vente en gros pourrait toutefois gagner en popularité si elle était simplifié et adaptée au consommateur lambda. Ce que tente d’accomplir Boxed.

Les marchés B2B semblent impactés moins rapidement par la contagion de la m-économie. De nombreux créneaux semblent donc inconquis à l’image de la vente en gros. En tant que grossiste mobile, Boxed propose donc de fournir ses clients pour des prix modestes à la manière du référent Costco Outre-Atlantique. Toutefois, ce qui est intéressant c’est qu’il peut également toucher une population de consommateurs non-professionnels. En effet, Boxed ne requiert pas de carte de membre et peut ainsi s’adresser directement à la cible des acheteurs cherchant à économiser.

Une application qui a su tenir compte des échecs de l’internet 1.0.

Le truc en plus ? ses créateurs ont pris en compte le fait que les utilisateurs mobiles soient des gens pressés. En effet, Boxed ne présente aux utilisateurs que quelques produits censés être les plus pertinents pour le client. A la différence d’une vente en entrepôt ou en ligne de façon classique, « L'approche doit être beaucoup plus ciblée» affirme Chieh Huang, PDG de Boxed.  Et c’est pour cette raison qu’en plus de l’interface simplifiée, l’application propose de livrer en 48 heures voire 24 heures. Pour être capable de tenir ses engagements, Boxed a choisi de réellement posséder ses stocks et de réaliser les expéditions via ses propres installations. Cette approche, contraire au principe de l’internet 1.0 et qui est encore pratiqué par des entreprises comme E-Bay n’autorise pas l’entreprise à se diversifier trop vite. Pour ne pas suivre le même exemple que Kozco.com, la start-up est restée maître de son process de livraison et ainsi de la relation client.

Une levée de fonds importante basée sur l’expérience de ses fondateurs.

Boxed.com a réussi une levée de fonds de 1,1 millions de dollars via des sociétés de capital-risque et des business angels. Cette confiance accordée à la start-up semble à mettre au crédit des fondateurs. En effet, Huang, William Fong, Christopher Cheung et Jared Yaman sont des anciens cadres de Zynga.com. Cette expérimentation dans le m-commerce laisse penser que le groupe pourrait progressivement investir ce créneau complémentaire au jeu mobile. Le chemin semble cependant long à parcourir car la start-up composée de 9 personnes ne peut actuellement servir que quelques états de l’est des États-Unis.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas