BranchOut veut faire de Facebook un réseau professionnel

Par 26 juillet 2010
Mots-clés : Smart city

L'application permet d'élargir son réseau en puisant des informations strictement liées au travail sur le profil des proches de ses contacts. Une initiative dont l'efficacité prête au débat.

Estimant que 80 % des nouveaux emplois sont la conséquence directe d'un réseau d'amis, BranchOut lance une application professionnelle sur Facebook. L'idée ? Mettre à profit un réseau social existant pour tisser un réseau professionnel et identifier des opportunités de business. "L'écart entre la vie personnelle et professionnelle des utilisateurs Facebook se rétrécit", souligne ainsi Rick Marini, PDG de BranchOut. Techniquement, l'application crée un profil parallèle à celui déjà existant, et ne comporte que des informations professionnelles : précédents employeurs, poste, fonctions, nombre d'amis... Au travers de différentes rubriques - contacts, profil, jobs, invitations et discussions - les utilisateurs peuvent savoir précisément où travaillent leurs contacts et les "amis" de ces derniers. Et consulter l'ensemble de leurs informations professionnelles, y compris celles que les utilisateurs ont choisi d'ouvrir à tous, dans leurs paramètres personnels.
Identifier des opportunités de business
Le module permet également à tout utilisateur de poster une offre d'emploi consultable et téléchargeable par l'ensemble de son réseau. Il est par ailleurs possible de faire une recherche par entreprise, pour voir qui est en lien avec telle ou telle compagnie. Savoir qui en est salarié, ou ancien salarié, par exemple. Le tout sans être obligé de devenir "ami" avec la personne en question, et de lui ouvrir sa page personnelle. "L'application veut agir comme un relais d'informations professionnelles axé sur la collaboration entre les membres Facebook", confirme Jacques Froissant, fondateur de Altaide, interrogé par L'Atelier. Et de souligner sa prétention à être "un outil complémentaire des sites professionnels existants - Linkedin ou Viadeo - abordant une plus grande catégorie de la population dite 'active'" souligne-t-il.
Préférer l'existant ?
Reste qu'il existe encore une barrière entre réseau professionnel et plate-forme sociale, note le responsable. "Et cela pourrait nuire au développement de cette application, du moins en Europe", nuance-t-il. Un constat partagé par Louis-Serge Real Del Sarte, directeur d'EasyNetWork, pour qui, sur le plan professionnel, les individus ont tendance à privilégier des sites ayant déjà fait leurs preuves. "Les salariés veulent une plate-forme sur laquelle la sécurité n'est plus à assurer, et ayant une longueur d'avance, tant en terme d'arborescence du site que d'expérience", note-t-il à L'Atelier.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas