Les Brèves

Par 18 juillet 2002
Mots-clés : Europe

Selon la 17ème vague du baromètre Ipsos-Sofinco, on assiste aujourd’hui à un renversement d’opinion des consommateurs européens sur la monnaie unique européenne, alors que deux mois après sa mise ...

Selon la 17ème vague du baromètre Ipsos-Sofinco, on assiste aujourd’hui à un renversement d’opinion des consommateurs européens sur la monnaie unique européenne, alors que deux mois après sa mise en circulation, on pouvait parler de succès. A ce jour, selon 47 % d’Européens (+ 11 points par rapport au précédent baromètre de février dernier), l’euro présente plus d’inconvénients que d’avantages pour le consommateur. 39 % (- 7 points) sont d’un avis opposé. Après la période d’optimisme ayant succédé à la mise en place de l’euro, on retrouve une situation à peu près similaire à celle de novembre dernier. Jusqu’à présent, les Français étaient les plus partagés quant aux conséquences de l’euro. Ils sont de plus de plus optimistes : 48 % d’entre eux (+ 6 points) voient aujourd’hui plus d’avantages que d’inconvénients dans l’euro, contre 40 % (- 1 point) de l’avis opposé. Seule exception, les français exerçant des professions indépendantes, enthousiastes en février, sont 40 % (- 13 points) aujourd’hui à trouver que l’euro présente plus d’avantages que d’inconvénients. Les autres grands pays européens, notamment l’Allemagne et l’Italie connaissent pour leur part un rejet relatif de l’euro. 57 % des Allemands (+ 20 points) considèrent aujourd’hui l’euro comme porteur de plus d’inconvénients que d’avantages pour la consommation. Les hommes (56 %, + 27 points) et les ouvriers (68 %, + 31 points) sont les plus déçus par l’euro. En Italie, 53 % des italiens (+ 23 points) considèrent aujourd’hui que l’euro représente plus d’inconvénients que d’avantages. Exception : les cadres. 52 % d’entre eux (+ 9 points) y voient désormais plus d’avantages que d’inconvénients. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 18/07/2002) Le cabinet de conseil international Frost & Sullivan, spécialisé dans le marketing, vient de remettre son prix Market Engineering Value Leadership Award, dans la catégorie « Cartes à puce » à Gemplus, en récompense de ses performances exceptionnelles sur le marché des cartes à puce. Gemplus a conforté en 2001 sa position de numéro un mondial en termes d’unités vendues comme de chiffre d’affaires. La société a conservé la suprématie concernant le nombre de cartes à puces expédiées avec 33,6 % de part de marché en 2001. Gemplus détient également 27,8 % du marché global en termes de revenus. Selon Frost & Sullivan, la perspective pour 2002 sur le marché mondial des cartes à puce s’annonce beaucoup plus prometteuse et le marché total des cartes à puce devrait passer de 1,76 milliard de dollars en 2001 à 2,41 milliards de dollars en 2004. Pour désigner le lauréat de ce prix, les analystes de Frost & Sullivan ont étudié l’évolution des chiffres d’affaires et des parts de marché au niveau mondial, ainsi que le taux d’expansion des principaux fournisseurs de cartes à puces mondiaux sur de nouveaux secteurs géographiques. (Christine Weissrock – Atelier Groupe BNP Paribas – 18/07/2002)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas