Brèves : France Télécom infligé d’une sanction de 20 millions d’euros… Neuf Télécom s’en prend à l’offre TV de France Télécom… Orange s’attaque au DG de Télé2…

Par 17 mai 2004
Mots-clés : Smart city, Europe

France Télécom infligé d’une sanction de 20 millions d’euros – Le couperet est tombé : l’opérateur historique devra débourser 20 millions d’euros, en paiement d’une amende que lui inflige...

France Télécom infligé d’une sanction de 20 millions d’euros – Le couperet est tombé : l’opérateur historique devra débourser 20 millions d’euros, en paiement d’une amende que lui inflige aujourd’hui le Conseil de la Concurrence. Le dossier date d’il y a quatre ans : en février 2000, l’autorité de la concurrence émettait un avis selon lequel « France Télécom n’offrait pas aux opérateurs alternatifs la possibilité d’exploiter l’option 3 (qui prévoit la location d’une partie de son réseau fixe à un opérateur tiers), ce qui les empêchait d’élaborer des offres spécifiques ». Un avis assorti de mesures prévoyant que France Télécom offre dans un délai de huit semaines une offre technique et commerciale d’accès. Un an plus tard, la société Neuf Télécom a saisi le Conseil pour non-respect de cette injonction par France Télécom, et se félicite donc aujourd’hui de la condamnation de l’opérateur… Neuf Télécom s’en prend à l’offre TV de France Télécom - Toutefois, Neuf Télécom s’est plaint que les pratiques déjà dénoncées dans l’Internet ADSL étaient toujours d’actualité en ce qui concerne la télévision. « France Télécom commercialise des offres de détail alors même que les conditions opérationnelles et tarifaires d’un marché de gros ne sont pas réunies ». Neuf Télécom demande ainsi la suspension des offres de l’opérateur historique dans ce domaine promis à une belle expansion. Orange s’attaque au DG de Télé2 – « Déclarations mensongères » : voilà le motif de poursuite invoqué par Orange à l’encontre du directeur général de Télé2 France, Jean-Louis Constanza. Ce dernier a déclaré lors d’interviews accordées à la presse et à la radio que « la fabrication d’un SMS ne coût(ait) rien » et que donc « les profits tirés du SMS représentent les prix facturés ». Jugeant ces allégations infondées et dénigrantes, l’opérateur de téléphonie mobile a choisi d’assigner Jean-Louis Constanza devant la justice pour déclaration mensongère. (Atelier groupe BNP Paribas - 17/05/2004)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas