Bruxelles s'inquiète de voir le marché des calculettes franc-euro

Par 18 décembre 1997
Mots-clés : Asie-Pacifique, Europe

exploser. D'après les prévisions de Bercy, les foyers français devraient disposer chacun de trois calculettes spécial euro. Ceci explique en partie l'avalange de produits. On trouve de tout, de la r...

exploser. D'après les prévisions de Bercy, les foyers français devraient
disposer chacun de trois calculettes spécial euro. Ceci explique en partie
l'avalange de produits. On trouve de tout, de la règlette en carton ou en
plastique, manquant de précision, à la calculette agrémentée juste d'une
ou deux touches franc-euro et euro-franc revenant à moins de 10 F made in
China. Très friandes de ce genre d'outils, les banques se voient proposer
les différentes inventions des industriels. Si on les collectionne au
Ministère des Finances, on commence toutefois à douter de leur réelle
efficacité. Un
"M. Calculette" à ainsi été nommé à la Direction de la concurrence et de
la répression des fraudes pour débusquer les mauvais produits. A Bruxelles
où l'on s'inquiète aussi de cette prolifération, des spécialistes
"ès-euro" testent aujourd'hui leur conformité. Non seulement la machine
doit être capable de travailler avec la valeur officielle de l'euro, soit
cinq chiffres après la virgule, mais elle doit aussi respecter la "règle
des arrondis", donc traduire la somme à convertir en un nombre qui ne
dépasse pas deux chiffres après la virgule. De plus, si l'on reconvertit
des euros en francs, après des francs en euros, on doit tomber sur le même
chiffre. Bientôt pour pouvoir diffuser sa calculette, il faudra l'avoir
fait homologuer. Le PDG de la société Map, Roland Dourdin, estime, pour sa
part, avoir trouvé son "Eurojuste". Breveté comme beaucoup d'autres, son
produit est fabriqué en Chine. Toutefois, il n'accepte aucune commande
inférieure à 5 000 exemplaires et peut même faire un prix (11,50 F HT) si
on lui en achète au moins cinq millions!!! Il déclinera dans six mois un
convertisseur spécial "non voyant", sous forme de bracelet vocal à porter
à côté de la montre. Il suffira alors de murmurer près du cadran un prix
pour que la machine réponde en euro.
(Libération - 18/12/1997)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas