Bull fait part de son programme d’actions pour 2001-2003.

Par 01 décembre 2000
Mots-clés : Smart city, Europe

Le résultat anticipé sur le 2ème semestre, bien qu’en amélioration par rapport au 1er semestre, sera significativement négatif. Ceci est dû notamment à la faiblesse persistante du marché des serveu...

Le résultat anticipé sur le 2ème semestre, bien qu’en amélioration par
rapport au 1er semestre, sera significativement négatif.
Ceci est dû notamment à la faiblesse persistante du marché des serveurs en
Europe, tout particulièrement en France. Celle-ci a un impact négatif sur
l’évolution du chiffre d’affaires et des marges. Par ailleurs, la reprise
des commandes constatées ces derniers mois pour l’ensemble des activités
du groupe, est trop tardive pour générer en 2000 une croissance du chiffre
d’affaires et des marges en 2000.
Face à cette situation, le conseil d’administration a adopté un programme
2001-2003 visant à permettre le retour à la rentabilité et le
développement de l’entreprise.
L’organisation du groupe sera modifiée au 1er janvier 2001. Deux entités
autonomes seront constituées pour une meilleure efficacité
opérationnelle: une entité «Services» unique regroupant les Divisions
CSI (consulting & systèms integration) et OSS (outsourcing & support
services), et une division «Infrastructure & Systems» (ISD).
L’entité Services sera filialisée avant le 30 juin 2001. L’activité
Serveurs (ISD) sera filialisée selon le même calendrier. La recherche de
partenaires spécialisés sera accélérée pour développer à court et moyen
terme son métier de fournisseur de systèmes et d’infrastructures.
Le Groupe sera recentré autour des activités Services et Serveurs. Des
partenariats capitalistiques ou des cessions d’activités non stratégiques
seront réalisés dans les autres métiers. Le plan de cession d’actifs
devrait porter sur plus de 400 millions d’euros en 2001.
Les effectifs seront adaptés à la nouvelle configuration du Groupe. Cette
adaptation pourrait être de l’ordre de celle effectuée en 1999 et
réalisfée sur une période de 18 mois.
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 1er/12/2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas