Le bureau de l'écolier devient complètement interactif

Par 17 septembre 2008
Mots-clés : Smart city

SynergyNet développe l'école interactive via des tables tactiles et multi-utilisateurs. Ces supports devraient optimiser le travail en commun des élèves et faciliter la communication avec le professeur.

On connaissait les iPhones comme support pédagogique à l'école. On connaissait également la table tactile multipoint Microsoft Surface comme outil de vente pour les opérateurs. Désormais, c'est une solution à la croisée de ces deux systèmes qui pourra être adoptée par les écoles américaines. Dans le but de développer des classes interactives, en exploitant les nouvelles technologies de la communication, la Durham University est en train de mettre en place un système de tableau numérique amélioré. L'objectif : assurer la participation et la collaboration entre les élèves et leurs professeurs, mais aussi favoriser les travaux en groupe. La solution développée à cet effet, baptisée SynergyNet, dépasse le simple concept de tableau virtuel.
Un logiciel relie les tableaux entre eux
Il s'agit en effet d'équiper chaque élève de son propre tableau : une surface tactile, qui fonctionne via un système de reconnaissance visuelle qui capte les lumières infrarouges. Ce tableau permet à plusieurs utilisateurs d'y travailler en même temps, car il est multipoints et peut reconnaître plusieurs commandes et mouvements en même temps. Les élèves peuvent par ailleurs se servir de leurs mains ou de stylets pour interagir avec la table. Les chercheurs ont également développé un logiciel spécifique à ce projet, capable de relier entre eux les différents tableaux. Ce qui permet aux élèves de partager leurs travaux, leurs créations et réflexions. Mais ce qui donne aussi la possibilité au professeur de surveiller les avancées de leurs étudiants, d'intervenir en temps voulu et au final de mieux superviser sa classe : en effet, les tables interactives des élèves sont toutes reliées au support du maître.
Faciliter la participation
"Outre le fait que ce système dynamise le fonctionnement d'une classe en optimisant le travail en équipe et le partage d'idées et de connaissances, nous sommes certains qu'il augmentera la participation des élèves", souligne Liz Burd, chercheuse membre du projet. Les chercheurs espèrent ainsi que cette solution de classe numérique et interactive permette aux étudiants les plus en retrait ou les moins assidus en cours de s'impliquer. "Nous avons pu remarquer lors de précédentes études que les garçons étaient plus attirés par les nouvelles technologies. Nous pensons que ce type de système remettra les filles dans la course high-tech".

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas