Le bureau on line en mode ASP, ContactOffice.fr prépare de nouvelles

Par 10 octobre 2000
Mots-clés : Smart city, Europe

fonctionnalités. ContactOffice.fr, issu de la société belge Netholding, est un bureau on line accessible en mode ASP. 20 000 utilisateurs finaux, dont 4 500 en France utilisent déjà cette plate-...

fonctionnalités.
ContactOffice.fr, issu de la société belge Netholding, est un bureau on
line accessible en mode ASP.
20 000 utilisateurs finaux, dont 4 500 en France utilisent déjà cette
plate-forme permettant de gérer et de partager des données, trois mois
seulement après son lancement en France.
Cette société, sur le point de finaliser sa seconde levée de fonds, lance
en octobre son produit en Grande-Bretagne et en Hollande. L’Allemagne
suivra d’ici la fin de l’année, puis la Scandinavie courant 2001.
Cet ASP, très simple d’utilisation grâce à son fonctionnement intuitif,
propose un ensemble d’outils de travail (calendrier, carnet d’adresses,
gestionnaire de tâches et d’appels …). Le client peut choisir ses
préférés, tout en paramétrant leurs capacités, le tout pour un maximum de
6 euros par mois par compte (moins de 40 F).
ContactOffice proposera bientôt à ses souscripteurs de nouvelles
fonctionnalités: le webmail (boîte email)), le popmail (routeur des
autres boîtes électroniques) et la synchronisation (partage des
informations automatiques avec les messageries et PDA).
Décideurs.com, Afrik.com, Fraternet.org, Zdnet.be et .nl sont quelques
unes des sociétés utilisant cette technologie en marque blanche
customisable en moins de quinze jours.
Prescripteur d’un nouveau marché, ContactOffice ne subit aucun concurrent
frontal en français pour le moment et entend asseoir son avancée en
développant son produit en permanence.
Son objectif: représenter, face aux trois millions de TPE-PME-PMI
françaises, la référence du marché aussi bien en terme de sécurisation des
données (norme SLA) qu’en matière de sécurité du produit. Pierre Mawas
(pierre@contactoffice.com) en charge du lancement et du développement du
site français, explique «avoir des concurrents serait positif, car cela
signifierait que le marché est mur».
(Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 11/10/2000)

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas