Dans le bus, le capteur dresse l'oreille contre les vandales

Par 11 septembre 2008
Mots-clés : Smart city

En Australie, des capteurs identifiant le bruit que fait un marqueur sur une vitre seront installés dans les bus. Les sons suspects seront transmis à un ordinateur central, qui pourra alerter la sécurité.

Mettre des caméras à l'intérieur des bus permet de diminuer le nombre d'actes de vandalisme qui y sont perpétrés. Difficile cependant de détecter toute tentative de détérioration, comme la réalisation de graffitis, au marqueur ou en rayant la vitre par exemple. Selon l'université australienne de Curtin, l'une des solutions serait d'apprendre aux bus à se défendre tout seuls. Ce, en intégrant un capteur piézo-électrique aux vitres du véhicule, capable de reconnaître le son que fait un marqueur ou une pointe sur le verre ou le corps de la machine. Dès qu'un signal est détecté, une alerte est envoyée à un ordinateur central. Les forces de l'ordre peuvent alors identifier, grâce aux services de vidéosurveillance, quel bus est en train d'être détérioré, et intervenir au plus vite.
Un système économique
Le tout, sans avoir à mettre en place un système de sécurité onéreux. Et c'est là l'un des grands avantages du dispositif : son prix. Les capteurs sont en effet très peu coûteux. Le système peut être entraîné à reconnaître différents sons, selon la force de pression du marqueur, ou de la possibilité d'interférence avec des éléments extérieurs, comme le son de la voix des passagers, ou celui de bagages cognés contre les parois. Les chercheurs ont en effet créé une base de données qui répertorie les différents bruits rencontrés par un bus lors des trajets qu'il effectue. Ce, afin de permettre au logiciel de s'y référer quand un son a été identifié.
Les mauvais élèves privés de vandalisme
Deux essais sont actuellement en cours, dans le but de vérifier si le dispositif complète avec succès les solutions de surveillance traditionnelles. Si le dispositif a été développé dans un premier temps pour les transports en commun, il est tout à fait possible d'envisager d'autres applications dans le secteur de la sécurité. Des tests sont ainsi en cours de réalisation dans deux écoles, pour protéger les vitres des salles de classe contre les actes de vandalisme perpétrés par les élèves. Combinée à un navigateur GPS, la solution pourrait également être utilisée dans le domaine du fret, pour suivre l'état des containeurs par exemple.

Mentions légales © L’Atelier BNP Paribas